Inscrivez-vous à notre newsletter

  • HLCÉ

De Renava, la jeune Biennale joue dans la cour des grands

ArtArt ContemporainBonifacioExpositionFrance

Stéphanie Dulout

23 June 2024

© AES+

Baptisée De Renava, en référence au De Pictura de Leon Battista Alberti1, la Biennale internationale d’Art contemporain de Bonifacio et de l’Alta Rocca, témoigne, à travers sa seconde édition, de sa capacité à jouer dans la cour des grands. Déployée dans l’époustouflante ville des falaises, nichée, à la pointe sud de la Corse, face à la Sardaigne, au cœur d’une des plus belles réserves naturelles de la Méditerranée, elle s’attèle cette année au thème, bien dans l’air du temps, de La Chute des empires.

À travers un parcours dans les bâtiments patrimoniaux abandonnés de la Haute-Ville millénaire, de la Caserne à l’impluvium, en passant par la Citerne ou la chapelle Saint-Barthélémy, les œuvres de dix-huit artistes triés sur le volet racontent la nostalgie des paradis perdus et les conquêtes et constructions utopiques “[portant] en elles les graines de leur destruction”2. Une ambivalence inscrite dans son titre en forme de palindrome, Roma Amor, qui n’est pas sans faire écho au rêve d’un avenir utopique idéal porté, au cœur d’une “New Rome” gangrénée, par le héros du dernier film de Francis Ford Coppola présenté au Festival de Cannes, Megalopolis. Une épopée romaine dans une Amérique moderne en pleine décadence dont l’esthétique pourrait être rapprochée de celle, néo-baroque, de la monumentale fresque vidéo, The Feast of Trimalchio, présentée à Bonifacio par le collectif russe AES+ : on y voit tout un aréopage d’acteurs habillés de manière hétéroclite y prendre la pose dans un décor de palais à l’antique parasité par des éléments anachroniques. Une dérangeante satire sociale mettant en scène l’hubris (ou la démesure) d’une société livrée à l’oisiveté et au luxe qui ne peut laisser indifférent… De même que le discobole tagué (intitulé Temps mort) dominant un parterre de gravats d’Alexandre Bavard auquel fait écho l’étrange Domestication d’une pyramide de cendre volcanique par une statue drapée à l’antique acéphale de Magdalena Jetelová.

AES+

© AES+

Fresque dystopique et chorégraphie fantomatique

Plus étrange encore, la vidéo de Laurent Grasso, Soleil noir, nous conduisant sur les traces d’un chien errant au milieu des ruines de Pompéi. Métaphore de “l’ascension de l’âme dans l’espace après la mort”, la vidéo de Bill Viola, L’Ascension de Tristan, aspirée par une cascade inversée, nous transporte, quant à elle, dans une mystique aquatique salvatrice et purificatrice. C’est aussi “l’éternité du vivant sur l’obsolescence du construit” que proclame la chorégraphie filmée de Valérie Giovanni, associée à une performance chantée par les chanteuses polyphoniques du groupe Suarina. Intitulée Territorii Vox – Saisir le délaissement, cette installation de cinq vidéos nous donne à voir une danse fantomatique sur fond de sites désaffectés brouillant les frontières entre le passé et le présent, le rêve et la réalité.

1. Célèbre traité de peinture publié en 1435 qui sera suivi du De re aedificatoria et du De Statua.
2. Prisca Meslier, co-fondatrice de De Renava.

La piste aux étoiles à La Table des Chefs

Gastronomie & Oenologie

La Table des Chefs, ce restaurant gastronomique à Reims qui accueille en résidence les étoiles montantes de la cuisine française, s’ouvre pour la première fois à un chef international, auréolé de trois étoiles au Guide Michelin : Hideaki Sato. Une première expérience loin de ses bases pour le chef japonais qui, derrière un menu qui rend hommage à la tradition culinaire française, révèle surtout la quintessence de sa cuisine natale qui a fait sa renommée.

Hiroshi Fuji "Happy Paradise"

Collection Exhibition 1

Arts & Culture

À l’occasion du 20e anniversaire du musée de Kanazawa (préfecture d’Ishikawa, Japon), une exposition présente l’élément qui y occupe la place la plus importante : sa propre collection.

Japon, Kanazawa

Du 22/06/2024 au 29/09/2024

Informations supplémentaires

Biennale d'art de Bonifacio

De Renava : Roma Amor. La Chute des empires

Dates

Du 10 mai au 2 novembre 2024

Adresses

  • Caserne française • Porte de l’Europe, 20169 Bonifacio, France
  • Cisterna • Rue Archivolto, 20169 Bonifacio, France
  • Agora • Av. de la Carotola, 20169 Bonifacio, France
  • Chapelle Saint-Barthélemy • 20169 Bonifacio, France
  • Impluvium • Pl. de l’Europe, 20169 Bonifacio, France

Billetterie

Publicité

Constantin Brancusi, La Muse endormie

Brancusi, sublime et essentiel

Foires & Expositions

Jouant sur le dialogue entre les plâtres de l’Atelier Brancusi (joyau de la collection du musée national d’Art moderne en partie reconstitué) et les originaux en pierre ou en bronze prêtés par de nombreuses collections privées et muséales, la rétrospective du Centre Pompidou offre, après celle qui lui a été consacrée dans sa Roumanie natale, un regard renouvelé sur l’inventeur de la sculpture moderne.

Tous les articles

Publicité

Tous les articles