Inscrivez-vous à notre newsletter

  • HLCÉ

leleu.bert

14 May 2024

José Zanine Caldas, Sofa de Troncos

2 540 000 HK$*

Sac Kelly Sellier 25 Himalaya, Hermès, Cuir de crocodile teinté blanc mat, palladium, cuir de chèvre et diamants

Sac Kelly Sellier 25 Himalaya, Hermès
Cuir de crocodile teinté blanc mat, palladium, cuir de chèvre et diamants
Vente du 10 avril, Sotheby’s, Hong Kong

Depuis novembre 2020, le Kelly Himalaya demeure le sac à main le plus cher au monde. Fabriqué à très peu d’unités chaque année, cet it bag est une icône de la maroquinerie. L’origine de sa création remonte au XIXe siècle. En 1892, Hermès diffusait le Torpedo, un sac de grande dimension servant à transporter selle et bottes de cavalier. Adapté par Robert Dumas pour un usage quotidien au début des années 1950, le sac entre dans la légende grâce à une photo de Grace Kelly en couverture de Life en 1958. L’actrice désormais princesse posait avec un exemplaire de ce sac pour cacher sa silhouette arrondie par une grossesse. Dès lors, la demande explose pour le Kelly et Hermès rebaptise son classique indémodable. Réalisé dans différents cuirs, la version en crocodile du Nil est la plus exceptionnelle, car l’espèce en voie de disparition est protégée par la convention de Washington.

(*) environ 304 600 €

124 800 €

© piasa

© piasa

José Zanine Caldas (1919-2001)
Sofa de Troncos, pequi (arbre fruitier brésilien) sculpté
Vente du 4 avril, Piasa, Paris

Précurseur d’une démarche écoresponsable, Zanine Caldas est un pionnier dans l’industrialisation de la production de mobilier au Brésil. Il crée son premier atelier, Móveis Artísticos Z, en 1949, à São Paulo. Dès les années 1950, cet autodidacte a pour objectif de minimiser au maximum les chutes de bois. Remarqué pour son travail et son style aux lignes courbes et simples, Caldas collabore au début de sa carrière avec Oscar Niemeyer et l’architecte urbaniste Lucio Costa, ce qui lui permet de tutoyer les sommets de l’architecture et du design brésiliens de cette époque. À travers un certain brutalisme, ses pièces sculptées dans le bois massif offrent un design sensuel et conservent à la matière ses imperfections, sa texture et ses couleurs. Un idéal aujourd’hui recherché par les collectionneurs.

1 010 000 €

Giovanni Antonio Canal, dit Canaletto (1697-1768) et son atelier
Paire de Vues du Grand Canal de Venise, huiles sur toile
Vente du 21 mars, Hampel, Munich

C’est en 1720, à l’âge de vingt-trois ans, que Giovanni Antonio Canal part pour Rome avec son père, Bernardo, peintre de décors de théâtre. Ce voyage sera décisif pour le jeune artiste, car il y rencontre Giovanni Paolo Panini et Caspar van Wittel, considérés comme les pères du vedutismo. Ce terme, encore usité de nos jours, caractérise la peinture de panoramas. De retour à Venise, Canaletto devient le maître absolu de cet art. Ses vedute sont appréciées depuis le XVIIIe siècle comme la quintessence du détail en peinture. Chacune des vues de Canaletto invite à se plonger dans l’effervescence de la Sérénissime. Ici, la paire d’huiles présentait une vue avec le palais des Doges et une autre avec la basilique Santa Maria della Salute. Les détails y sont incroyablement précis, tant les visages que les ornements architecturaux.

48 000 €

Module de 100 francs commémorant le mariage du duc de Brabant (1853), or

Royaume de Belgique
Module de 100 francs commémorant le mariage du duc de Brabant (1853), or
Vente du 24 mars, Elsen, Bruxelles

Au tournant des années 1850, la jeune Belgique est encore fragile, surtout depuis que sa voisine française est devenue une république en 1848. Il faut alors consolider la dynastie et le premier roi des Belges, Léopold Ier, cherche à marier son fils. Le 8 août 1853, un contrat de mariage est rédigé avec la maison de Habsbourg-Lorraine. L’archiduchesse Marie-Henriette va devenir la prochaine reine des Belges au sein d’un couple très mal assorti. Le futur Léopold II écrira qu’elle est “trop grosse et pas très jolie”, tandis que la jeune Austro-Hongroise n’aspire qu’à vivre entourée de ses chevaux et de son singe ! La monnaie-médaille commémorative vendue ici présentait, en plus de sa rareté, un état de conservation exceptionnel.

652 800 €

Serge Poliakoff (1900-1969)
Composition abstraite 56-84 (1956), huile sur toile
Vente du 29 mars, Tessier & Sarrou, Paris

Dans les années 1950, l’expression “nouvelle école de Paris” désignait les représentants des tendances abstraites françaises. Pendant une vingtaine d’années, l’esthétique du geste et du signe va regrouper des artistes venus des quatre coins du monde pour explorer une nouvelle ère de liberté après les affres de la Seconde Guerre mondiale. Matière, technique et couleurs laissaient libre cours à une esthétique gestuelle. L’un des artistes les plus représentatifs et des plus stables de ce mouvement fut Serge Poliakoff. Né en Russie en 1900, il rejoint Paris en 1923, vivra un temps de sa musique puis, au contact de ses amis Delaunay et Kandinsky, s’orientera vers la peinture qu’il a toujours aimée. La Composition abstraite 56-84, symphonie de couleurs, a l’avantage de n’avoir connu qu’un seul propriétaire depuis sa création.

Voyage, Évasion & Escapade

Publicité

Tous les articles

Publicité