Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Visite d’état en famille

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
1 avis
Sharing on Facebook
Le roi et la reine des Belges ont été reçu officiellement par le gouvernement luxembourgeois Le roi et la reine des Belges ont été reçu officiellement par le gouvernement luxembourgeois

Cette fois, point de long vol et de pays lointain pour la visite officielle de nos souverains mais bien une nation voisine et amie que le couple royal a rallié par le rail. Pas de stop à Arlon mais un tracé bucolique qui a fait prendre conscience aux ministres des mauvaises liaisons existant entre les deux capitales.

Á l'arrivée au grand-duché, en gare de Luxembourg, le chef de l'état était présent pour accueillir ses cousins sous le signe de l'amitié et de la bonne humeur, malgré la pluie qui a sévi pendant les trois jours du minitrip. Un tour de ville et un passage à la tombe du soldat inconnu pour en raviver la flamme précéda une revue des troupes devant le palais où la grande-duchesse Maria-Teresa qui venait de subir une opération au genou attendait Philippe et Mathilde.

 

Le roi Philippe de Belgique et le grand-duc Henri de Luxembourg côte à côte
© Pool / Dirk Waem/Photo News

 

Des rencontres avec le premier ministre et des membres du gouvernement occupèrent l'après-midi avec un petit embarras technique quand la voiture prêtée par le grand-duc Henri au Roi et à la Reine refusa de démarrer durant quelques minutes laissant le premier ministre bien ennuyé ! Le soir, la grande-duchesse, malgré sa convalescence avait tenu à être présente, rejoignant son époux et les grands-ducs héritiers Guillaume et Stéphanie, pour un dîner de gala en petit comité.

Le jour suivant, les souverains belges purent découvrir l'exposition de photos liées au Forum Stand Up, Speak and Rise initié voici peu par Maria-Teresa de Luxembourg, pour sensibiliser autrui au sort des femmes violentées en période de conflit. Les domaines audiovisuel et médical furent aussi au programme pour le Roi et le Grand-Duc d'un côté, et la Reine et la princesse Stéphanie, de l'autre. En soirée, les souverains belges offrirent un concert suivi d'un dîner de gala en l'honneur de leurs homologues luxembourgeois. Cette fois, la Grande-Duchesse s'était excusée afin de respecter le repos prescrit par les médecins.

 

La princesse Stéphanie de Luxembourg et la reine Mathilde de Belgique dans une bibliothèque
© Christophe Licoppe/Photo News

 

Le troisième et dernier jour, le cortège prit la direction de la Moselle pour la visite du biodiversum et d'une exposition en plein air à Schengen, village où furent signés les fameux accords. Une dégustation de vins luxembourgeois clôtura ce périple convivial qui, à Luxembourg ville, s'acheva vraiment devant le palais et l'hommage rendu par la garde grand-ducale au couple royal sur le départ.

 

Le prince Guillaume de Luxembourg et son épouse, la princesse Stéphanie de Luxembourg, encadrent le roi Philippe et la reine Mathilde de Belgique ainsi quel le Grand-Duc Henri
© Christophe Licoppe/Photo News

 

Bien curieusement, la reine Mathilde a étonné par son choix de tenues improbables, ce que les experts de la mode n'ont pas manqué de remarquer. Très élégante en rose alors qu'elle quitte Bruxelles, l'épouse du roi Philippe a surpris tout le monde en débarquant dans un triste manteau vert bouteille qui cachait une robe à l'imprimé fleuri d'un autre âge. Le jour suivant, un tambourin orangé ne put faire oublier une robe sac d'un brun indéfinissable. Au concert, une toilette longue et raide au décor de spaghettis pailletés prolongeait le supplice des commentateurs qui, cerise sur le gâteau, eurent droit à un plaid en forme de cape le dernier jour. Ce ne fut à n'en point douter le seul bémol d'un voyage d'état réussi.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Actualités liées