Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Escapade strasbourgeoise

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
0 avis
Sharing on Facebook
Escapade strasbourgeoise © Droits réservés

Les souverains belges ont emprunté un avion de la force aérienne pour rallier Strasbourg où ils étaient attendus au Conseil de l'Europe.

À leur arrivée, ils furent accueillis par la luxembourgeoise Anne Brasseur, présidente de l'Assemblée parlementaire, et par le norvégien Thorbjorn Jagland, Secrétaire général de l'Institution. `

Alors que la reine Mathilde, vêtue d'une élégante robe couleur cerise, prenait place parmi les députés, le roi Philippe, en costume bleu, prononça un discours très engagé qui, semble-t-il, a fait mouche, tant auprès des médias que de l'hémicycle. Le couple royal s'est ensuite rendu à la Cour européenne des Droits de l'homme puis au quartier général de l'Eurocorps, un état-major multinational composé de contingents de soldats français, belges, allemands, grecs, italiens, luxembourgeois, polonais, espagnols et turcs, commandé pour l'instant par un belge, le lieutenant Buchsenschmidt.

 

© Droits réservés

 

C'est aussi la Belgique, d'ailleurs, qui préside pour le moment le comité des ministres du Conseil de l'Europe. La visite fut largement couverte chez nos voisins français. Après deux mois, on a pu constater que Mathilde avait pu ôter une atèle au genou qui fit couler beaucoup d'encre.

Rédigé par Christophe Vachaudez