Inscrivez-vous à notre newsletter

Christophe Vachaudez

15 January 2024

Avec son départ, l’Europe n’a plus de reine sur le trône mais la prochaine génération réparera la chose en majesté puisque Victoria de Suède, Élisabeth de Belgique, Leonor d’Espagne, Ingrid de Norvège et Catarina-Amalia des Pays-Bas renverseront la tendance. Autre changement d’importance, techniquement, les Montpezat succèdent aux Oldenbourg qui ont occupé le trône depuis près de six siècles, un épisode significatif dans la continuité dynastique pour cette royauté millénaire, parmi les plus anciennes au monde.

© Kongehuset

Enfin, une première qui réjouit ses compatriotes, Mary de Danemark est la première australienne à devenir reine, au point que l’intronisation du roi Frederik X a été retransmise tout là-bas ! C’est lors de son traditionnel discours de nouvel an que Margrethe II a annoncé cette décision qui a surpris tous les Danois. On a d’ailleurs appris qu’elle n’en avait parlé à son fils aîné que trois jours auparavant. La Reine a évoqué ses problèmes de dos qui, à bientôt 84 ans, affectent son quotidien malgré une opération réussie en février dernier. D’autres pensent que l’incartade espagnole du prince héritier qui a récemment fait la une des journaux a poussé la reine à accélérer le processus, une façon de responsabiliser davantage un successeur connu pour sa vie amoureuse agitée.

Le roi Frederik X en grand uniforme © Kongehuset

En ce jour gris, la foule a bravé les frimas pour réserver au nouveau monarque un accueil digne de ce nom. Bonnets couronnés et drapeaux agités émergent de cette marée humaine massée devant le palais de Christianborg et tout au long du parcours. Le cortège quitte bientôt le palais d’Amalienborg, les princes héritiers en limousine suivi par la garde montée escortant la reine Margrethe II, en carrosse tiré par six chevaux blancs. Les vivats fusent et certains se sont servis du monogramme de la reine comme initiale du mot “Merci”, imprimé sur de grands panneaux disposés sur son passage. Le ton est donné. Tout va se jouer en quelques minutes. La Salle du Conseil est prête à accueillir la souveraine, son fils, son petit-fils et certains membres du gouvernement. Margrethe II signe sans hésitation et confie les précieux documents à la première ministre. Elle cède ensuite sa place et quitte non sans émotion cette pièce qu’elle connait si bien. Le prince Christian siège à la droite de son père qui préside désormais le Conseil, en tant que Frederik X.

Á 15 heures précises, les portes du balcon s’ouvrent et Mette Frederiksen, la première ministre, harangue la foule, clôturant son discours par la proclamation du Roi, à droite, à gauche puis devant entonnant les célèbres hourrah, indissociables des grands événements royaux du Danemark. Extrêmement touché par la ferveur des Danois, la vedette du jour, en grand uniforme, prononce son premier discours de souverain. Il se termine ainsi :

« C’est une responsabilité que j’assume avec respect, fierté et grande joie. C’est une tâche que je m’efforcerai d’assumer grâce à la confiance que je rencontrerai. J’aurai besoin de tout le soutien possible, de celui de ma femme bien-aimée, de ma famille, de vous et de ce qui est plus grand que nous. J’aborde l’avenir avec la certitude que je ne suis pas seul. »

C’est au tour de la reine Mary d’apparaître au balcon, dans une tenue immaculée, rehaussée de bijoux historiques sertis de rubis. Les quatre enfants royaux, Christian, l’héritier, Isabella, Joséphine et Vincent, rejoignent bientôt leurs parents. Un baiser et des saluts répondent aux acclamations qui continuent tout au long du parcours, entre Christianborg et Amalienborg, cette fois. Les rôles ont été inversés et c’est désormais en carrosse que le couple royal rejoint ses proches avant d’apparaître à l’autre balcon et de profiter pleinement de ce jour de liesse qui marque l’histoire d’un pays mais aussi le vécu d’un homme et d’une femme, désormais roi et reine du Danemark.

Société

Arts & Culture

Belgique, Charleroi

Du 10/02/2024 au 05/05/2024

Publicité

Tous les articles

Publicité