Inscrivez-vous à notre newsletter

Christophe Vachaudez

19 September 2022

Née à Oviedo, capitale de la principauté des Asturies, Letizia Ortiz Rocasolano y a grandi en compagnie de ses deux sœurs, Telma et Erika. Sa mère Maria-Paloma est infirmière alors que son père, Jesús, est journaliste, une carrière qui va inspirer l’aînée de la fratrie puisque Letizia va étudier les Sciences de l’Information à l’Université Complutense de Madrid avant de poursuivre une formation à l’Université de Guadalajara au Mexique. En 2000, elle reçoit le prix Mariano José de Larra qui consacre la meilleure journaliste du pays âgée de moins de 30 ans.

© Photo News

Brillante, elle intègre très vite la télévision nationale pour laquelle elle va couvrir comme envoyée spéciale la guerre en Irak ou les attentats du 11 septembre. C’est dans le cadre de ses fonctions qu’elle rencontre une première fois le prince des Asturies. L’idylle nait peu à peu mais Letizia n’apparait pas comme la candidate idéale, elle qui se proclame républicaine et anticléricale. De plus, elle est divorcée et plutôt attachée à sa carrière. L’héritier du trône qui a connu des histoires d’amour avortées suite à la raison d’état se braque et dit à qui veut l’entendre : « Ce sera Letizia ou je quitte l’Espagne ». Juan-Carlos et Sofia apprennent à connaître la nouvelle venue qui, par amour, semble prête à seconder celui qui va partager sa vie et l’accompagner dans son futur destin royal. La décision n’est certes pas aisée mais après avoir passé des vacances en Galice dans le plus grand secret, durant le mois d’août 2003, le palais annonce officiellement les fiançailles le 1er novembre 2003.

© Photo News

Le mariage sera célébré le 22 mai 2004 dans la cathédrale de Nuestra Señora de l’Almudena de Madrid. Toutes les monarchies convergent vers la capitale espagnole pour être témoin de ce nouveau chapitre de l’histoire du clan Bourbon. La petite-fille de taximan, comme le rappelle trop souvent la presse, sera la première roturière à devenir reine d’Espagne… tout un symbole.

© DR

Très proche de son époux, elle l’est moins de sa belle-famille et, en dépit des perches tendues, Letizia s’isole de la tribu des cousins qui, désormais, peut difficilement approcher Felipe. De même, elle essaie d’éviter les réunions du gotha. Suite à l’abdication du roi Juan-Carlos, le 19 juin 2014, elle a accédé au trône aux côtés de Felipe, sixième du nom.

© Photo News

Depuis, c’est la fille aînée du couple, née le 31 octobre 2005, qui porte à son tour le titre de princesse des Asturies. Sofia, la cadette a vu le jour le 29 avril 2007, est infante d’Espagne et altesse royale de droit mais surtout la plus fidèle complice de sa sœur. Mère attentive, la reine a toujours tenté de préserver l’intimité de ses filles et elle a plutôt bien réussi, leur inculquant le moment venu, les devoirs liés à leur titre.

© DR

Mannequin providentiel des couturiers espagnols, Letizia ne veut surtout pas jouer les potiches, s’investissant sans compter pour servir un pays qui la scrute au quotidien, sans doute avec plus d’indulgence qu’auparavant mais toujours avec un regard éminemment critique. Sa formation de journaliste l’a aidée à relativiser et l’a encouragée à toujours aller « Plus loin », se conformant à la devise des souverains d’Espagne en vigueur depuis le XVe siècle !

Publicité

Tous les articles

Publicité