Inscrivez-vous à notre newsletter

Christophe Vachaudez

16 September 2022

Ainsi, la traditionnelle apparition au balcon, la parade militaire, le défilé en calèche et le déjeuner à l’hôtel ont été tout simplement annulé. Toutefois, il a été décidé de maintenir la soirée de gala au théâtre royal même si la soirée a commencé par une minute de silence en hommage à la monarque défunte. Il est vrai qu’Elizabeth II et Margrethe II cousinent puisqu’elles descendent toutes deux de la reine Victoria.

© Photo News

Si la jubilaire a pu compter sur la présence de ses deux fils, de leurs épouses et quatre de ses huit petits-enfants, ses deux sœurs ne pouvaient manquer l’événement sous aucun prétexte. La princesse Benedikte qui a perdu son époux le prince Richard de Sayn-Wittgenstein-Berleburg est venue d’Allemagne avec ses deux filles Alexandra et Nathalie. Quant à la cadette, Anne-Marie, devenue reine de Grèce, elle a quitté l’île de Spetses pour rallier son cher Danemark en compagnie de quatre de ses enfants, les princesses Alexia et Theodora, le prince Philippos mais aussi le diadoque Paul et son épouse Marie-Chantal.

© Keld Navntoft/Kongehuset

© Keld Navntoft/Kongehuset

Très proche de ses voisins nordiques, la Reine a invité les présidents d’Islande et de Finlande mais aussi les souverains norvégiens, Harald et Sonia, et suédois, Carl-Gustav et Silvia. On reconnaissait aussi son ex belle-fille la comtesse Alexandra de Frederiksborg ou encore le comte Ingolf de Rosenborg, l’un des seuls cousins survivants de Margrethe II.

© Keld Navntoft/Kongehuset

À cette occasion, la Reine a inauguré la loge royale du théâtre qui a été restaurée pour cet anniversaire unique. Le lendemain, une messe le commémorait en la cathédrale de Copenhague. La monarque a ensuite offert un déjeuner à bord du yacht royal, le Dannebrog, amarré non loin du palais d’Amalienborg.

© Keld Navntoft/Kongehuset

Le soir, le palais de Christianborg servait de cadre à un dîner de gala où les invités en uniformes rutilants, robes longues et diadèmes, eurent l’occasion de rendre une nouvelle fois hommage à la souveraine et à ses 50 ans de règne au service de la nation, de quoi clore avec panache un week-end qui demeura solennel certes, mais teinté de bonne humeur.

Publicité

Publicité

Tous les articles