Inscrivez-vous à notre newsletter

François Didisheim

20 September 2022

L’actualité, mais c’est une habitude, est tout sauf réjouissante. Guerre russo-ukrainienne qui menace de se propager dans toute l’Europe, dérèglement climatique qui engendre une crise environnementale, crise sanitaire Et maintenant, nous subissons la flambée des prix de l’énergie.

Ces difficultés nous rappellent, de manière violente, ô combien il est important de changer notre mode de vie… et urgemment ! Le capitalisme fou, la surconsommation, la pollution, etc. nous emmènent droit dans le mur. Si tout un chacun peut faire un geste, la question du caractère durable des logements et bureaux semble encore plus cruciale. C’est pourquoi nous avons décidé d’en parler avec Serge Fautré, CEO d’AG Real Estate.

Commençons par rappeler ce qu’est AG Real Estate. AG Real Estate est la filiale immobilière d’AG Insurance. Leur ambition est de gérer, de façon optimale et durable, un portefeuille d’actifs. À la fois investisseurs et développeurs, ils œuvrent en Belgique (entre autres) dans l’intérêt de leurs clients et partenaires. Pour atteindre cet objectif, AG Real Estate possède plusieurs méthodes : ils participent au développement, à l’investissement et au financement immobilier ; militent pour les PPP (partenariat public-privé) ; gèrent aussi des parkings. En effet, Interparking est une filiale (à 51%) d’ AG Real Estate. Bref, une entreprise et une voix, celle de Serge Fautré, son CEO, qui compte.

Notre interlocuteur a depuis longtemps pris conscience de la question climatique et l’engagement d’AG Real Estate, dans ce domaine, remonte à une dizaine d’années : « Il faut noter qu’à Bruxelles, une impulsion décisive a été donnée par la ministre de l’Environnement de l’époque, Evelyne Huytebroeck. Aujourd’hui, les performances du bâti neuf en Belgique n’ont rien à envier à nos voisins, à l’exception des pays scandinaves qui restent exemplaires en la matière. »

L'immeuble « Arlon-Trèves » à Bruxelles, d'AG Real Estate, va être réhabilité au lieu d’être démoli. Un signe de la fin de la "bruxellisation" ? © DR

Si les nouveaux bâtiments sont plus performants énergétiquement, à quoi cela est-il dû ? « La façon dont on construit et rénove a changé. De nos jours, les entrepôts se couvrent très souvent de panneaux solaires (…) Les immeubles se dotent de parkings à vélos et de bornes pour voitures électriques (…). Les parkings filtrent les particules fines. Les bureaux se réorganisent et tiennent compte du télétravail. La circularité, aussi, se développe. Un exemple : notre immeuble « Arlon-Trèves » à Bruxelles, qui date des années 70, va être réhabilité au lieu d’être démoli. C’est tout le contraire de la « bruxellisation » d’antan ». On a envie de rajouter qu’il était temps…

Mais venons-en à l’actualité et la crise énergétique. Sur ce point, Serge Fautré se montre très clair : « tous les investissements énergétiques sont rentables. Quant à l’impact sur nos utilisateurs, il peut certes se traduire par un surcoût à la location ou à l’achat, mais celui-ci est compensé par la baisse des consommations et donc, des factures d’énergies ». Il y a là matière à réflexion et peut-être une piste pour réduire notre facture.

Cependant, il reste un problème : si, on l’a vu, les nouvelles constructions possèdent une bonne performance énergétique, il n’en reste pas moins qu’il y existe tout un « par immobilier » d’anciens bâtiments particulièrement énergivores ou, à tout le moins avec une forte déperdition, la faute aux techniques d’isolation de l’époque. Alors, que faire ? « Les propriétaires vont devoir agir et cela ne se passera pas sans le soutien des pouvoirs publics qui devront mettre en place des incitants à la rénovation. Quant aux logements sociaux, leur rénovation doit, selon moi, devenir la priorité des priorités. »

La problématique est complexe. Pour en sortir, nos dirigeants (au niveau belge mais aussi européen) vont devoir agir, et vite !

En attendant d’en apprendre davantage sur la philosophie, bien dans l’air du temps, d’AG Real Estate, nous vous invitons, vous les membres de la communauté Lobby, à profiter de l’énergie naturelle transmise par Éole et Hélios.

Newsletter Lobby du 16 septembre 2022, rédigée par François Didisheim, fondateur de Lobby. Retrouvez Lobby, la revue des cercles du pouvoir, ici

Publicité

Tous les articles

Publicité

Tous les annonces