Inscrivez-vous à notre newsletter

  • HLCÉ

Sylvie Dejardin

17 May 2024

iode nutrition

L’Éventail – Quel est le rôle de l’iode dans le fonctionnement de l’organisme et pourquoi est-il si crucial pour la santé thyroïdienne ?
Laurent Fogel –
L’iode joue un rôle fondamental dans le fonctionnement de l’organisme, principalement par sa contribution essentielle à la synthèse des hormones thyroïdiennes, telles que la thyroxine (T4) et la T3 (tri-iodothyronine). Ces hormones sont cruciales pour réguler le métabolisme, influençant ainsi la croissance, le développement et la régulation énergétique. Une carence ou un excès d’iode peut conduire à des dysfonctionnements thyroïdiens, tels que l’hypothyroïdie ou l’hyperthyroïdie, soulignant l’importance d’un apport adéquat.

Dr Laurent Fogel

Dr Laurent Fogel © DR

Au-delà de son rôle dans la santé thyroïdienne, l’iode contribue également au bon fonctionnement du système immunitaire. Outre son importance dans la qualité de la peau, des cheveux, des ongles et du cerveau, il joue également un rôle dans la régulation hormonale globale et la fonction cognitive.

Son importance s’étend à la santé des tissus glandulaires, notamment dans la prévention du cancer du sein. Bien qu’il possède des propriétés antioxydantes et que des recherches suggèrent un potentiel effet protecteur contre d’autres types de cancers, les preuves restent variées et nécessitent des études plus approfondies pour établir des conclusions définitives. Il est donc crucial de maintenir un apport approprié, tout en suivant les avancées de la recherche pour des recommandations basées sur les données les plus récentes.

–Quels sont les signes et symptômes d’une carence en iode, et comment peut-elle affecter la qualité de vie ? De quelle manière est-il indiqué de mesurer son taux ?
Les signes de carence incluent une fatigue accrue, une prise de poids, des problèmes de peau, des troubles thyroïdiens et, chez la femme enceinte, des risques accrus de complications pendant la grossesse. Une carence prolongée peut entraîner des goitres et des troubles neurologiques. Pour mesurer le taux d’iode, il faut effectuer un dosage sur les urines de 24 heures qui reflète la quantité absorbée par l’organisme. On peut aussi faire le dosage sur un échantillon des urines du matin, mais cela est moins fiable.

– Quelles sont les meilleures sources alimentaires d’iode ?
Pour garantir un apport suffisant, je recommande de privilégier les produits issus de la mer, comme le poisson, les fruits de mer et les algues, à consommer bio, qui en sont d’excellentes sources. Les légumes cultivés dans des sols riches en iode peuvent en contenir aussi. Utilisez du sel iodé ou du gomasio aux algues dans vos préparations culinaires. On peut également en trouver de petites quantités dans les œufs, les produits laitiers et la viande. Il est toutefois important de veiller à ne pas en consommer en excès, car cela pourrait avoir des répercussions négatives sur la santé.

– Existe-t-il des risques associés à un excès d’iode ? Comment peut-on les éviter ?
En effet, un excès d’iode peut entraîner des problèmes de santé, tels que des troubles thyroïdiens, des goitres ou des réactions allergiques. Il est important d’éviter sa surconsommation, notamment par des compléments alimentaires non supervisés, car cela peut perturber l’équilibre thyroïdien. Pour éviter les risques tout en assurant un apport adéquat, il est recommandé de consommer une variété d’aliments qui en contiennent mais de manière équilibrée.

Les besoins varient au cours des différentes étapes de la vie. Pendant la grossesse et l’allaitement, ils augmentent significativement pour soutenir le développement du fœtus et le bien-être du nourrisson. Une carence pendant ces périodes peut avoir des conséquences graves sur le développement neurologique de l’enfant. En vieillissant, les besoins peuvent diminuer, mais il reste important de maintenir un apport suffisant pour soutenir la santé thyroïdienne, l’immunité et prévenir les problèmes associés au vieillissement.

– Dans quelle mesure les régimes végéta-riens ou véganes affectent-ils l’apport en iode? Quelles recommandations donnez- vous à ceux qui suivent ces régimes ?
Les régimes végétariens et véganes peuvent parfois être associés à un risque plus élevé de carence en iode, car les principales sources sont souvent d’origine animale. Les végétariens et véganes devraient donc être attentifs à cette question. Ils peuvent consommer des algues marines, des algues séchées et du sel iodé. L’utilisation de suppléments peut également être envisagée, mais cela doit être fait avec prudence et sous la supervision d’un professionnel de la santé pour éviter tout excès.

Secret Gallery © MIKAEL BENARD

Arts & Culture

Paris

Publicité

Tous les articles

Publicité