Inscrivez-vous à notre newsletter

  • HLCÉ

Éric Jansen

03 March 2023

Pendant près de vingt ans, elle y a assisté son père, apprenant tout du métier à ses côtés, mais devant aussi composer avec cette personnalité flamboyante au caractère impétueux. Les relations étaient parfois orageuses, mais le duo partageait une même passion pour les meubles exceptionnels, quelles que soient les époques. “Mon père a été le premier antiquaire à mélanger du très beau XVIIIe français avec du mobilier anglais ou allemand de la même époque, mais aussi à s’enthousiasmer pour des pièces exceptionnelles du XIXe siècle, faites à l’occasion des expositions universelles.” À la fin de sa vie, il avait commencé à recenser ses coups de cœur, qui témoignaient d’un goût visionnaire et d’un œil unique. Sa fille vient de finaliser le précieux ouvrage, au titre subtil : Brèves rencontres. Une somme d’informations sur des objets qui sont passés, un moment, entre ses mains, avant de faire le bonheur de collectionneurs avisés ou de musées. Le père et la fille avaient également en commun un réel attachement pour la création contemporaine. Jean-Marie Rossi vivait au milieu des œuvres de César, Marella n’a pas hésité à exposer Pistoletto ou Buren au milieu des meubles anciens.  Un dialogue qu’elle entend bien poursuivre dans l’avenir.
Brèves rencontres, 60 ans de découvertes de Jean-Marie Rossi pour la galerie Aveline, par Christophe Huchet de Quénetain, les Éd. Feu et Talents, Faton, 2022.

Le griffonnier

“Situé à 30 mètres de la galerie, ce bistrot parisien est une institution et j’y déjeune très régulièrement. Cédric, le propriétaire, a un véritable fan-club. Il faut dire qu’il a le don de mettre les clients de bonne humeur. La cuisine est classique, avec des plats traditionnels et excellents. L’œuf mayonnaise a été élu le meilleur du monde en 2018 ! Le chou farci est un incontournable. Mais surtout, l’ambiance y est tellement chaleureuse qu’on finit très souvent par échanger avec ses voisins de table. À Paris, ce n’est pas si courant…”
8 Rue des Saussaies, Paris 8e • Tél. 00 33 1 42 65 17 12

Librairie Lardanchet

Librairie Lardanchet

Librairie Lardanchet

“Cela fait vingt-cinq ans que je passe tous les jours devant la librairie de Thierry Meaudre, à tel point qu’il est presque devenu un membre de la famille ! Sa librairie est non seulement charmante, mais en matière de beaux-livres, il a la plus belle des sélections. Il est féru des arts décoratifs et on trouve chez lui des publications rares et pointues. Notre documentation lui doit beaucoup. Passionné et passionnant, il est toujours de bon conseil. À l’étage, il y a également un rayon consacré aux livres anciens que gère son frère Bertrand.”
100 Rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8e • www.lardanchet.fr

Galerie Hadjer

“Ouverte depuis 1966, cette galerie est un lieu incontournable pour tous les amateurs de tapis et de tapisseries, les conservateurs de musées et les décorateurs de renom. Emmanuelle Hadjer et son frère David sont de fins connaisseurs, comme le fut leur père  Reynold qui faisait souvent affaire avec mon père. On trouve chez eux des merveilles provenant des manufactures des Gobelins et de Beauvais, mais aussi des œuvres d’artistes du XXe siècle comme Léger, Sonia Delaunay, Calder, Hartung, auxquels ils consacrent des expositions.”
102 Rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris 8e • www.galerie-hadjer.com

Galerie Portuondo

“J’ai connu Horacio Portuondo au marché  Serpette des Puces de St-Ouen et je suis ravie de le retrouver dans sa nouvelle galerie rue de Lille. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, j’aime la création des années 1960-1970. J’ai grandi entre une commode Régence et les luminaires de Jean-Claude Farhi, qui était un ami de mon père. La dernière fois, j’ai eu un coup de cœur pour une paire de fauteuils de Gilbert Steiner. Autres objets de tentation, les bijoux en bronze doré de Julia Munoz, l’épouse d’Horacio, en osmose avec le mobilier de la galerie.”
6 Rue de Lille, Paris 7e www.portuondo.fr

Galleria Continua

“Lorenzo, Mario et Maurizio, les fondateurs de la galerie Continua, sont uniques. Ils ne font rien comme tout le monde. Après avoir  ouvert à San Gimignano, ils se sont implantés à  Pékin, La Havane, São Paulo, Dubaï, sans  oublier un espace de 10 000 m2 à une heure de Paris. Grâce à leur enthousiasme, j’ai pu  exposer, au milieu des meubles anciens, quatre  artistes majeurs : Michelangelo Pistoletto, Pascale Marthine Tayou, Daniel Buren et Loris Cecchini. J’espère continuer cette belle collabo-ration pour donner une autre image à la galerie.”

87 Rue du Temple, Paris 3e • www.galleriacontinua.com

Le Louvre

“Ce n’est pas un scoop, mais à force de l’avoir sous les yeux, on n’y entre plus… J’ai eu la chance d’y faire un stage à vingt-cinq ans, et c’était magique ! J’ai été accueillie par Daniel Alcouffe dans son département des objets d’art et j’invite tout le monde à y déambuler. On est souvent seul devant les plus beaux meubles du monde ! Au fil de la promenade défilent plusieurs siècles d’arts décoratifs, mis en scène par Jacques Garcia. De nombreuses pièces ont été financées par de grands donateurs, qui étaient des clients de la galerie.”
Rue de Rivoli, Paris 1er www.louvre.fr

Ta mère la gaufre à Namur

Gourmet

Namur

Publicité

Tous les articles

Publicité