Maha Tissot

24 January 2022

TRIPTYCH © Maarten Vanden Abeele, Peeping Tom

Avec ses univers singuliers, à la fois parallèles et « instables », la compagnie Peeping Tom secoue le monde de la danse et du théâtre depuis deux décennies. Fondée par l’Italo-Argentine Gabriela Carrizo et le Français Franck Chartier, en 2000, à Bruxelles, la troupe réunit seize nationalités.

Avant de lancer ce projet en duo, Gabriela et Frank ont d’abord commencé leur carrière artistique comme danseurs. Leur talent a été très vite remarqué et encensé au sein de compagnies reconnues, à l’instar des ballets C de la B d’Alain Platel, de la compagnie Rosas, du Béjart Ballet Lausanne, du Ballet Preljocaj ou de Needcompany. Dans le cadre de leur propre troupe, les deux chorégraphes s’inspirent aussi du travail de Pina Bausch, laissant une grande liberté aux danseurs. Dans l’esprit, ils sont assurément marqués par le surréalisme cher à Magritte…

Un univers surréaliste acclamé

Sur scène règne une ambiance onirique où les cauchemars prennent forme… Un monde étrange, transcendé par les performances techniques de danseurs hors normes… Des contorsions qui semblent défier les lois de la physique au rythme des spasmes de rêves nocturnes et où l’on a l’impression d’entrer par effraction. D’ailleurs, « Peeping Tom » est une expression anglaise qui signifie « voyeur »… Son origine provient de la légende de Lady Godiva qui aurait traversé la ville, nue sur son cheval, au début de l’an 1000, pour venir en aide aux habitants qui payaient trop d’impôts.  Sur son passage, les résidents décidèrent de s’enfermer, par respect, mais un seul, Tom, poussé par la curiosité, choisit d’y assister… Des apparitions dans le spectacle semblent faire allusion à cette légende.

La compagnie a reçu de nombreux prix pour ses créations étonnantes, dont le Patrons Circle Award du Festival International des Arts à Melbourne pour Le Salon (2007), l’Olivier Award au Royaume-Uni pour 32 rue Vandenbranden (2015) et, cette année, Fedora, le prix de Van Cleef & Arpels pour le ballet La Visita.

Œuvre de Krištof Kintera de la Collezione Maramotti.

Œuvre de Krištof Kintera de la Collezione Maramotti © DR

Peeping Tom & la prestigieuse Collezione Maramotti

C’est justement ce spectacle, La Visita, qui a été présenté dans le cadre de l’Open Festival de Reggio Emilia (Aperto Festival). Cet événement propose une multitude de spectacles au cœur de la Région d’Émilie-Romagne, en Italie, pendant plus de deux mois. La compagnie Peeping Tom a ainsi créé La Visita, in situ, à l’invitation de la Collezione Maramotti, en collaboration avec la Fondazione I Teatri di Reggio Emilia.

La Collezione Maramotti, comme son nom l’évoque, est une collection d’art moderne et contemporain exceptionnelle, constituée par Achille Maramotti qui est également le fondateur de la maison de couture Max Mara. Une partie des œuvres – 200 pièces – est visible en libre accès à Reggio Emilia, dans un bel espace d’exposition (qui a abrité, auparavant, les bureaux et la manufacture Max Mara). Dans la collection permanente figurent notamment des œuvres de Vito Acconci, Francis Bacon, Jean-Michel Basquiat, Eric Fischl, Carlo Fontana, Ellen Gallagher, Julian Schnabel, Cy Twombly ou encore Bill Viola…

Sara Paccinini, directrice de la Collezione Maramotti, explique que depuis 2009, des chorégraphes internationaux sont invités en vue de réaliser des performances au sein de leurs espaces. Dans le passé, ils ont accueilli la Trisha Brown Dance Company, Shen Wei Dance Arts, Wayne McGregor ou encore Dimitris Papaioannou.

Cette année, Peeping Tom est à l’honneur. La compagnie avait déjà présenté des créations à Reggio Emilia, dont le spectacle Mother qui reproduisait le décor d’un Musée sur scène. Pour La Visita, Gabriela Carrizo a conçu la chorégraphie, en intégrant les espaces de la Collezione Maramotti, ainsi que des membres du personnel… Sara Paccinini souligne à quel point Peeping Tom a l’art de « créer des images puissantes » dans ses spectacles, et une alchimie « entre les performances des danseurs et des objets inanimés ».

Tryptich, un film onirique

Cette âme qu’ils semblent donner aux objets et à l’environnement qui nous entoure se retrouve illustrée dans le spectacle Tryptich. Ce dernier a été présenté, toujours dans le cadre de l’Open Festival, au Teatro Valli. Dans cette superbe salle à l’italienne inaugurée en 1857, les artistes ont évolué sur l’une de plus grandes scènes d’Italie. La dimension cinématographique, très présente dans ce spectacle, donne l’impression que le montage s’effectue au fil des trois séquences devant les spectateurs : The Missing Door, The Lost Room & The Hidden Floor. Ces trois pièces courtes ont été créées entre 2013 et 2017 avec le Nederlands Dans Theater (NDT I). Gabriela Carrizo et Frank Chartier nous emmènent dans des « espaces mentaux déstabilisés » et dans un monde où « les repères temporels sont brouillés ». Un jeu en trompe-l’œil qui transposera l’assistance dans d’autres mondes. C’est ce spectacle Triptych que Peeping Tom présentera au Théâtre national de Bruxelles, début février. Nul doute que les spectateurs en garderont longtemps une empreinte indélébile…

Informations supplémentaires

Pièce de théâtre

Peeping Tom

Dates

Du 01.01 au 05.02

Adresse

Théâtre National
Boulevard Emile Jacqmain 111/115
1000 Brussel

Sur internet

Publicité

Tous les articles

Publicité