Thomas de Bergeyck

17 March 2022

Le roi Philippe au centre d'accueil des réfugiés ukrainiens

De mon poste d’observateur des régimes monarchiques, je me suis très vite demandé ce que pouvait représenter le pouvoir royal face à la réalité ukrainienne. Quelle était leur influence ? Quels jeux de pouvoir allaient-ils mettre en œuvre pour tenter une percée diplomatique ? Qu’est-ce qu’un « chef d’état », roi ou prince, pouvait changer à un conflit comme celui qui oppose ces deux nations voisines de la nôtre ? Force est de constater qu’ils ne pèsent pas bien lourd hélas. Les couronnes, trônes et autres titres n’apparaissent-elles pas impuissants face aux chars et aux garnisons ? C’est la réalité de ces régimes. Le pouvoir d’influence, autrefois arme redoutable dans les conflits de territoires s’est réduit à peau de chagrin au fil des décennies. Des recommandations, oui. Des exhortations à l’arrêt des violences, bien sûr. Des appels à la paix, cela va de soi.

Mais que peut vraiment une altesse face à l’indicible ? Une chose très simple : agir comme un citoyen. Des initiatives ont fleuri dans la plupart des monarchies européennes. À commencer par la nôtre où le Roi, qui ne s’est pas exprimé publiquement dans un discours formel, est allé à la rencontre des premiers réfugiés d’Ukraine au centre Fedasil de Molenbeek, ou encore à l’Etat major de la défense à Evere pour s’informer de l’avancement du conflit. Le couple royal a été très touché par la solidarité des Belges et l’a écrit précisant marquer leur « soutien au peuple ukrainien. Nous espérons que cette guerre prenne fin au plus vite ». De son côté, le prince Laurent s’est engagé, avec sa Fondation, à recueillir et aider aussi les animaux de compagnie des réfugiés ukrainiens qui choisiraient la Belgique comme exil.

La reine Maxima des Pays-Bas visite un point de service humanitaire pour les réfugiés ukrainiens à Amsterdam

La reine Maxima des Pays-Bas visite un point de service humanitaire pour les réfugiés ukrainiens à Amsterdam, Pays-Bas, le 16 mars dernier © Bestimage/Photo News

Plus loin, au Danemark, il y a l’initiative de la reine Margrethe qui, au nom de la famille royale, fait don d’un million de couronnes pour l’Ukraine (environ 95.000 euros). Pareil pour la duchesse Camilla, qui a fait un versement à la cause après avoir été se recueillir dans une cathédrale. Leur cousin le prince Michael de Kent a, lui, signé un geste très symbolique en rendant sa récompense de l’ordre de l’Amitié russe, qui lui avait été décernée en 2009. Sans compter ces altesses qui ont porté l’habit traditionnel ukrainien ou inspiré, par solidarité avec le peuple.

Kate Middleton visite un centre culturel ukrainien au Danemark
Kate Middleton visite un centre culturel ukrainien au Danemark et arbore, en soutien, un badge au couleur du drapeau de l'Ukraine

De touches subtiles en dons sonnants et trébuchants, ils ont chacun fait avec leurs moyens, leurs seules armes disponibles : l’action citoyenne. À la différence près que celle-là, peut servir d’exemple. Les petits ruisseaux …

Tous les samedi, de 18 à 18h30, sur Bel RTL, Thomas de Bergeyck vous propose de pousser les portes des palais pour évoquer la vie des monarchies et revient sur tout ce qu’il faut savoir sur l’actualité des têtes couronnées.
www.facebook.com/PlaceRoyale

Photo de couverture : Le roi Philippe en visite au centre d’accueil pour réfugiés ukrainiens de Fedasil, au Palais 8 du Heysel © Didier Lebrun/Photonews

Publicité

Tous les articles

Publicité