Inscrivez-vous à notre newsletter

Christophe Vachaudez

14 November 2022

La princesse Martha-Louise de Norvège aux funérailles de son ex-époux, Ari Behn

Cette fois, c’est la princesse Martha-Louise de Norvège qui a décidé de ne plus remplir d’obligations officielles et de quitter la maison royale. Si elle a conservé son titre, elle deviendra bientôt une citoyenne « comme les autres », une façon de pouvoir se consacrer pleinement à sa nouvelle vie, aux côtés d’un chamane américain à la réputation douteuse.

La princesse Martha-Louise de Norvège et son nouveau compagnon, le shaman Durek Verett

La princesse Martha-Louise de Norvège et son nouveau compagnon, le shaman Durek Verett © DR

Le couple vit déjà aux États-Unis et promeut des thérapies alternatives qui en font sourciller plus d’un. La Princesse qui communiquait autrefois avec les anges s’était récemment épanchée sur son épanouissement sexuel, suscitant la gêne des journalistes.

Au Danemark, la Reine elle-même a été à l’origine de décisions bien inutiles qui se sont avérées éminemment impopulaires et dommageables pour l’unité familiale puisqu’elles ont mis à jour des dissensions internes jusqu’alors plutôt discrètes. Manque de discernement ou règlement de compte, on laissera juger les Danois qui ont peu apprécié que Margrethe II retire les titres princiers à certains de ses petits-enfants (nous vous en parlions ici). Présent lors de la dernière célébration organisée pour le jubilé de sa mère, le prince Joachim, père des victimes collatérales, avait les yeux embués de larmes par l’émotion.

© DR

En Grande-Bretagne, les mémoires poubelles du prince Harry sont redoutées comme le loup blanc mais l’intéressé qui s’est déjà aliéné une grande partie de l’opinion publique ne semble pas réaliser que cette vendetta programmée ne contribuera pas à améliorer l’image pitoyable que le couple a désormais, tant en Europe qu’aux États-Unis. Le Prince qui continue à porter ses titres à des fins commerciales ne semble pas comprendre qu’il scie la branche sur laquelle il est assis.

Les ducs de Sussex font une utilisation commerciale de leur titre © DR

Même si le pays a depuis longtemps aboli le système monarchique, la Serbie a accordé au prince Alexandre et aux siens une place quasi-officielle qui permet à la famille d’accomplir nombre d’engagements à caractère commémoratifs ou caritatifs. L’année passée, l’héritier, le prince Peter, a renoncé à ses droits au profit de son frère, mais sans en avoir averti son père, ce qui a donné lieu à certaines tensions qui, à l’heure actuelle, ne semblent pas s’être apaisées.

Les monarchies des Balkans souffrent aussi d'histoire de famille © House of Serbia

En Roumanie, la princesse Margareta, gardienne du trône, a écarté son neveu Nicolas de la succession. Celui qui a perdu son titre princier n’a pu voir son grand-père avant qu’il ne décède tandis que sa mère a qui avait essayé de détourner l’héritage de son mari dont elle a divorcé, s’est abstenu d’assister au mariage de son fils. Bonjour la charité chrétienne.

L'engagement, aussi vertueux soit-il, de la princesse Esmeralda de Belgique, peut l'emmener aussi sur des pentes glissantes © Philip Reynaers/Photonews

Et en Belgique me direz-vous ? La surprise est venue de la princesse Esmeralda qui mène un combat acharné pour la défense de l’environnement, soutenant les populations menacées par la destruction des milieux naturels, la protection des espèces animales protégées, celle des forêts comme des océans. Toutefois, elle a récemment tenu des propos qui ne sont passés inaperçus. En effet, alors que les activistes multiplient les coups de force dans les musées, de Londres à Postdam, et de La Haye à Rome, la fille du roi Léopold III leur a apporté son soutien. Faut-il prendre pour cible le patrimoine culturel pour essayer de conscientiser l’opinion publique ? Beaucoup d’écologistes se sont d’ailleurs désolidarisés, réprouvant ces pratiques violentes qui sont loin de susciter l’adhésion de l’opinion publique. Mais qu’un membre de la famille royale se dise favorable à la désobéissance civile, et marque publiquement son désaccord avec le Premier Ministre d’un pays dont il porte le nom semble pour le moins consternant ! Ah, ces pauvres monarchies

Photo de couverture : La princesse Martha-Louise de Norvège aux funérailles de son ex-époux, Ari Behn © Photo News

Publicité

Tous les articles

Publicité