Rédaction

07 December 2015

© Nicolas Buisson 2014

Eventail.be - A quoi ressemble votre Noël ?

Pierre Marcolini – Il ressemble au Noël de tous les chocolatiers et pâtissiers. La charge de travail est conséquente bien qu’elle s’est améliorée, au fil des années l’équipe s’est agrandie. Noël c’est travailler 48h d’affilée et espérez, le 24 décembre à minuit, restez éveillé en famille. Ce sont des moments pas tendres, pas toujours simples mais c’est une période où l’on ne peut pas décevoir, nous effectuons plus de 25% de notre chiffre d’affaire. Nous avons des clients qui viennent nous acheter des chocolats une fois par an et c’est à ce moment qu’il faut leur plaire. Voilà, finalement la Noël c’est quelques cheveux gris en plus mais aussi des moments de bonheur où les gens sont heureux, ils ont envie de faire la fête et d’une certaine manière nous participons à leur fête, c’est superbe. De manière plus personnelle, le 24 au soir, depuis deux ans, c’est moi-même qui cuisine. Je suis un peu fou mais j’adore ça (rires). J’essaie de ne pas rentrer trop tard et me met de suite aux fourneaux. Nous sommes la famille proche et fêtons Noël chaleureusement.

- Un plat de référence le soir du Réveillon ou de Noël ?

- Je n’ai pas envie de plats traditionnels. Chaque année faire la même chose ? Quelle horreur ! Pour les invités comme pour les hôtes. J’aime bien le changement, la surprise, étonner les convives. Cela peut être un poisson, du veau basse température, un gibier, un simple poulet mais bien réalisé, avec beaucoup de goût et d’arômes. Du foie gras, du caviar, vous pouvez en manger toute l’année. Je suis davantage partisan des produits de saison. Et bien entendu, le tout accompagné d’un joli vin.

- Le cadeau qui vous fait toujours plaisir ? 

- Je suis un dingue de bouquins. Un beau livre est toujours une bonne idée, cela peut être un livre de recettes comme le dernier Jim Harrison.

- Votre vœu le plus cher pour 2016 ? 

- La compréhension de l’autre. C’est dans la tolérance et la compréhension de l’autre que j’essaie de concevoir mes valeurs. Si on n’arrivait à être beaucoup plus tolérant tout serait plus facile. J’espère qu’à mon âge je peux encore me bercer d’illusions.

Publicité

Tous les articles

Publicité