Sarah Belmont

16 March 2022

Daniel Buren, Le damier flottant arc-en-ciel, travail in situ, 2016-2021 © Courtesy Galleria Continua et Commanderie de Peyrassol Christophe Goussard

L’entrée se fait désormais par un tout nouvel accueil-boutique, théâtre de dégustations où figurent les autres “belles endormies” de Philippe Austruy. La Commanderie de Peyrassol n’est pas la première propriété viticole, rachetée, réhabilitée, “réveillée” par ce magnat du secteur de la santé, qui collectionne l’art contemporain depuis une vingtaine d’années. À son paradis provençal s’ajoutent le Château Malescasse, dans le Haut-Médoc ; la Quinta da Côrte, dans la vallée du Haut Douro, au Portugal ; et la Tenuta Casenuove, en Toscane.

la Commanderie de Peyrassol a été fondée au XIIIe siècle par l’Ordre des Templiers. © PEYRASSOL

la Commanderie de Peyrassol a été fondée au XIIIe siècle par l’Ordre des Templiers. © PEYRASSOL

De cet espace liminaire flambant neuf, le visiteur glisse vers un tunnel conçu par l’architecte français Charles Berthier, dont les parois révèlent l’histoire du lieu. Fondée au XIIIe siècle par l’ordre des Templiers, la Commanderie de Peyrassol s’étend sur près de 850 hectares jalonnés de chênes et d’oliveraies, dont 92 hectares de vignes. La première récolte connue du site date de 1256. Un parchemin conservé aux archives de la ville de Marseille en fait mention. L’ordre des Chevaliers de Malte succède aux Templiers à la tête de Commanderie, que rachète la famille Rigord, après la Révolution. Et Philippe Austruy, son quatrième propriétaire, de prendre le relais, en 2001.

Sislej Xhafa, Hole of Wish, 2009-2021 © Domaine de Peyrassol, C. Goussard

Sislej Xhafa, Hole of Wish, 2009-2021 © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

L’occasion pour ce dernier de conjuguer deux de ses passions, le vin et l’art. Avec son neveu Alban Cacaret, arrivé à la tête de l’établissement en 2003, Austruy entreprend de donner un nouveau souffle aux cultures de la Commanderie : 1204, Clos Peyrassol et Château Peyrassol. Frais, raffinés et délicats, ces trois cuvées AOC Côtes de Provence, classées parmi les plus grands crus de l’appellation, incarnent l’essence même de la région. Deux autres vins développés sous la marque Peyrassol, la Cuvée des Commandeurs et #LOU, puisent leur excellence dans la richesse des sols argilo-calcaires et la douceur du climat méditerranéen.

Daniel Buren, Le damier flottant arc-en-ciel, travail in situ, 2016-2021 © Courtesy Galleria Continua et Commanderie de Peyrassol Christophe Goussard

Daniel Buren, Le damier flottant arc-en-ciel, travail in situ, 2016-2021 © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

Au bout de ce tunnel architectural, le soleil provençal, cru, éclatant, vivifiant, donne à voir une installation monumentale de Daniel BurenLe Damier flottant arc-en-ciel (2016-2019), point de départ d’une balade artistique enivrante. Composée d’une centaine de pièces, la collection de Philippe Austruy oscille entre intérieur et extérieur. Le parcours en plein air vient en partie d’être repensé de concert avec la paysagiste Gaële Bazennerye. Des clairières ont été redessinées, des chemins tracés, des perspectives percées, des pièces déplacées, afin de mettre en valeur des œuvres réalisées in situ, telles que Socle de la réalité (2008-2009) de Jean-Pierre Raynaud ou Hommage à Lou (2011) de Bertrand Lavier.

Pascale Martine Tayou, Les génies de Casenuove-Géraldine © Peyrassol, C. Goussard
Gavin Turk, L'Age d'Or © Peyrassol Christophe Goussard

D’une clarté et d’une lisibilité accrues, la scénographie en question dispense presque de recourir à un plan. Il suffit de se laisser guider par le parfum des pins et des chênes environnants vers d’illustres signatures : César, Ben, Lee Ufan, Dan Graham, Antony Gormley, Gisela Colon, Jean Tinguely, Antoni Tàpies, Anne et Patrick Poirier, Wim Delvoye, Gloria Friedmann, Carsten Höller, Richard Long, Ugo Rondinone… Près de quatre-vingts installations se dévoilent, l’une après l’autre, au détour d’un buisson, d’un parterre de fleurs, d’un arbre centenaire…

Joana Vasconcelos, Senhor Vinho, 2018 © Peyrassol, Christophe Goussard

Joana Vasconcelos, Senhor Vinho, 2018 © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

Si la dame-jeanne géante de Joana Vasconcelos se détache sur un paysage verdoyant qui s’étend à perte de vue, l’œuvre adjacente se cache derrière une haie circulaire parfaitement délimitée. Elle s’inscrit dans la longue série d’arcs en acier Corten® imaginés par Bernar Venet, un ami et voisin de Philippe Austruy (la Venet Foundation se trouve à une trentaine de minutes en voiture, NDLR). Plus loin se dresse une sculpture géométrique en lave émaillée et béton armé, à dominante rouge et violet, de Victor Vasarely. Il faut compter une heure de route à peine pour gagner la fondation dédiée au maître franco-hongrois. Encore plus loin, la surprise est totale : un rhinocéros en Provence ? L’idée de cette sculpture animalière ô combien réaliste incombe à Pascal Bernier, dont le travail confine parfois à la taxidermie. Pas de panique ! Ici, il s’agit d’un moulage en résine.

Vue de l'esplanade (Bertrand Lavier, Pascale Marthine Tayou, Bernar Venet) © Peyrassol, Christophe Goussard

Vue de l'esplanade (Bertrand Lavier, Pascale Marthine Tayou, Bernar Venet) © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

Parmi les toutes dernières acquisitions de Philippe Austruy, Colonne coloniale (2021) et Colorful Stones (2021) de Pascale Marthine Tayou se mêlent entre autres à une sculpture murale de Bernar Venet ; à Teenager Teenager (2011), installation de Sun Yuan et Peng Yu qui met en scène des personnages assis, chacun doué d’un rocher en guise de tête ; et à une fontaine de Bertrand Lavier. Le tout sur l’esplanade, véritable point de connexion entre l’ensemble des bâtiments du domaine.

Frank Stella, Tengan-Tenganan, 2009 Fibre de verre et tubes en acier inoxydable, 317 x 670 x 91 cm  © Christophe Goussard

Frank Stella, Tengan-Tenganan, 2009 Fibre de verre et tubes en acier inoxydable, 317 x 670 x 91 cm © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

C’est là, devant Winter Solstice Circle (2002) de Richard Long, que se trouve l’entrée d’un autre édifice signé Charles Berthier. Cet écrin de béton et d’acier a été érigé en 2016 pour accueillir des œuvres trop fragiles pour être soumises aux intempéries, parmi lesquelles Courbes immatérielles (1982) de Jesús-Rafael SotoTengan-Tenganan (2009) de Frank StellaTriple X Neonly (2012) de François MorelletLa Sirène (1983) de Niki de Saint Phalle, une maquette de la Tour aux figures (1986) de Jean DubuffetLe Mobile (2005) de Xavier VeilhanIncomplete Open Cube (1973) de Sol LeWittRelief Télélumière (1982) de TakisTable Piece CCL (1975) d’Anthony Caro ou Sans titre (2015) de Robert Barry. Nul doute, la liste est longue !Environnement (1968) s’impose toutefois comme la pièce maîtresse de ce vaste espace clos. Cette installation de Jean-Pierre Raynaud se compose d’une quinzaine de panneaux remontés dans le respect de leur agencement initial chez le grand antiquaire parisien Jean-Marie Rossi. Une reconstitution historique à couper le souffle.

 

Vue de l'exposition Anish Kapoor © Peyrassol, Christophe Goussard

Vue de l'exposition Anish Kapoor © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

Cet espace d’exposition a lui aussi été réaménagé et augmenté de 200m², l’an passé, pour recevoir des événements d’ampleur internationale, à commencer, cet été, par une exposition de sept œuvres rougeoyantes d’Anish Kapoor, jusqu’alors jamais montrées en France.

Sun Yuan et Peng Yu, Teenager, Teenager, 2011 © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

Sun Yuan et Peng Yu, Teenager, Teenager, 2011 © PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

Le parcours permanent, entièrement refondu, s’accompagne d’un nouveau programme de résidences et d’expositions temporaires, voué à varier les plaisirs, à explorer, présenter des techniques, telles que la peinture et la photographie, jusqu’alors peu représentées entre les murs de la Commanderie.

L’ensemble des métamorphoses susmentionnées sont le fruit d’une rencontre entre Philippe Austruy et Lorenzo Fiaschi, le co-fondateur de la Galleria Continua, dont l’enthousiasme n’a d’égal que l’expérience et l’exigence. Sur place, le tandem peut se reposer sur l’expertise de Mathilde Marchand, ancienne du Centre Pompidou chargée de surveiller, documenter, présenter la collection.

Fabrice Langlade, Grande Petite Fille, 2003, Lapin Papillon 2006 & Grand lapin petit socle, 2004 © PEYRASSOL, CHRISTOPHE GOUSSARD

Fabrice Langlade, Grande Petite Fille, 2003, Lapin Papillon 2006 & Grand lapin petit socle, 2004 © PEYRASSOL, CHRISTOPHE GOUSSARD

Au fil de la promenade, l’aspect tridimensionnel des œuvres s’impose à la vue et à l’esprit. “C’est Peyrassol qui m’a amené à la sculpture”, explique Philippe Austruy qui conserve chez lui et continue d’acheter régulièrement des peintures. “J’ai commencé par deux Dubuffet et un Soulages, encore accessibles dans les années 1970”, poursuit notre hôte avec un naturel qui force le respect. Rares sont les artistes qu’il collectionne sans les connaître. Amitiés et coups de cœur dictent la grande majorité de ses choix.

La Bastide de la Rouvière

© DR

La Bastide de la Rouvière

© DR

Si toutes les bonnes choses ont une fin, alors autant en profiter le plus longtemps possible. Depuis 2015, il est possible de dormir soit au domaine même, soit dans une annexe située à 300 mètres, la Bastide de la Rouvière. Les uns profitent des navettes garées à l’entrée de la Commanderie pour s’y rendre, les autres préfèrent y aller à pied. En haut de quelques marches en pierre, une piscine ombragée attend barboteurs et nageurs aguerris. Rendez-vous ensuite dans les chambres, décorées avec goût et confort. Pourquoi compléter l’offre d’un volet hôtelier ? “C’est une autre façon pour moi de partager mes émotions avec le public, d’apporter ma  petite pierre à l’édifice de l’art de vivre et du mieux-vivre”, conclut le maître des lieux.

Que vous soyez de passage ou là pour rester, rien de tel qu’une pause déjeuner, goûter ou dîner sous les mûriers du Bistrot de Lou, où les plats du chef Guillaume ont la particularité d’être servis dans des bocaux. Autre option, plus raffinée : le restaurant Chez Jeannette, dont la terrasse offre une vue spectaculaire sur les vignes et (à condition de scruter l’horizon) sur quelques œuvres d’art, propose des plats travaillés à partir de produits locaux. À accompagner de vins du domaine, bien sûr…

En courveture : Daniel Buren, Le damier flottant arc-en-ciel, travail in situ, 2016-2021
© PEYRASSOL & CHRISTOPHE GOUSSARD

Informations supplémentaires

La Commanderie de Peyrassol

La Commanderie de Peyrassol
RN7,83340 Flassans-sur-Issole, France

Téléphone

+33 (0) 4 94 69 71 02

Le Bastide de La Rouvière

Publicité

Tous les articles

Publicité