Corinne Le Brun

06 July 2022

Benjamin Voisin dans "En roue libre"

Eventail.be – Louise et Paul n’auraient jamais dû jamais se rencontrer…
Benjamin Voisin – C’est magnifique. Je trouve cela génial. Quand on a des problèmes, on va souvent chez des gens qui vont bien. Au final, ils jugent. Là, le fait que les deux, pour leurs raisons séparées, sont down, ils vont réussir à sortir hors de l’eau, mais ensemble. Ils n’étaient pas du tout amenés à se rencontrer. Cela dit beaucoup sur la vie, l’inconnu, l’ouverture d’esprit.

– Comment le réalisateur a-t-il pris contact avec vous ?
Benjamin Parent avec qui j’avais fait Un vrai bonhomme (2020) parle de moi. Didier Barcelo me fait passer un casting. Je fais deux, trois essais. Cela se passe très bien. On est au même endroit. Marina (Foïs) se rajoute après. Je me suis dit génial, je vais pouvoir apprendre avec une telle actrice. Elle est très rock’n roll et très humaine.

– Comment cela se passe sur le plateau ?
Je me retrouve un peu à l’école. J’aime bien cette idée de continuer à apprendre. Je ne me sens pas tellement encore vraiment acteur (1). Marina est d’une telle subtilité dans le drame et la comédie, elle va être sérieuse dans les scènes très comiques alors qu’on attend l’inverse. Elle est en décalage. Cela crée un humour assez absurde. Elle est tellement drôle qu’il y a des scènes que je ne pouvais tourner.

Marina Foïs et Benjamin Voisin

Marina Foïs et Benjamin Voisin, un duo de choc pour ce road movie © DR

– Tout est dans son regard…
Absolument. Et, pour le coup, je l’ai super proche vu qu’on est dans une voiture. On ne sort quasiment jamais. On est côte à côte, on ne trahit même pas le corps, on est vraiment les yeux dans les yeux. Son regard angoissé est terrible.

– Et c’est en voiture que vous apprenez à vous connaître, à vous apprécier, à vous soigner l’un avec l’autre…
Tous les deux sont dans une noirceur. Ils vont se soigner ensemble. On voit très bien la progression des personnages. Je sortais du film Illusions perdues (de Xavier Giannoli) où j’incarne Lucien de Rubempré qui réussit à Paris avant de sombrer. Dans En roue libre, c’est l’inverse : Paul n’a plus d’illusions, pareil pour Louise. C’est le mouvement qui est la thérapie. L’idée de Didier est géniale.

– Vous avez tourné où ?
En Bourgogne, en Aquitaine, au Cap Ferret. Je trouvais cela sublime de faire un film dans une voiture avec des paysages. C’est un cadeau. Normalement, dans un huis clos, on ne voit rien. On est enfermés, il y a peut-être deux fenêtres…Là, il y a en permanence des couleurs.

– Votre prochain film ?
Les pieds sur terre (titre provisoire, prochainement en salle) d’André Téchiné raconte l’histoire d’un jeune homme qui revient du Mali à la suite d’une blessure d’obus. Il retrouve sa famille en France mais il est amnésique. André qui a un certain âge et qui se pose forcément des questions sur la mémoire, m’offre un rôle où, à 25 ans, je n’ai pas de mémoire… C’était tellement intéressant d’aller sur ce terrain-là avec cet homme-là.

(1) : On a pu voir Benjamin Voisin dans le magnifique Illusions perdues (2021) de Xavier Giannoli pour lequel il a reçu le César du Meilleur jeune espoir masculin et dans Eté 85 (2020) de François Ozon

Informations supplémentaires

Film

En roue libre

De

Didier Barcelo

Avec

Marina Foïs, Benjamin Voisin

Sortie

En salles

Publicité

Tous les articles

Publicité