Inscrivez-vous à notre newsletter

Corinne Le Brun

09 February 2022

Fanny Ardant dans "Les jeunes amants"

Eventail.be – « Les Jeunes Amants » implique une certaine ambiguïté autour du mot « jeunes ». Le titre vous plaît ?
Fanny Ardant – Oui. Comme si toute histoire d’amour fait revenir à la fraîcheur de la toute première fois. Comme si les deux amants n’avaient plus jamais aimé et qui, foudroyés, revivent les mêmes craintes, les mêmes frayeurs que celles que peuvent connaître les adolescents qui aiment pour la première fois.

– Pourquoi, aujourd’hui, la différence d’âge plus avancé pour la femme, est encore un sujet subversif voire scandaleux ?
– Je pense que c’est toujours le regard de la société, du qu’en dira-t-on comme si la société n’a pas beaucoup évolué. Je me suis posé la question est-ce que le fait d’être choqué par une grande différence d’âge, surtout quand la femme est plus âgée, est-ce presque biblique ? On ne doit pas connaître la vie sexuelle de ses parents toutes ces questions…mais je sais aussi que, depuis que le monde est monde, depuis Œdipe, il y a toujours eu ces histoires entre des jeunes hommes et des femmes plus âgées. Je ne parle pas de tous ces phénomènes arrivés d’Amérique avec des cougars. C’était comme un tableau de chasse pour démontrer qu’elles pouvaient toujours séduire. Cela n’a rien à voir avec l’amour, ça. C’est plutôt des chasseresses ou des prédatrices. Tandis que là, dans le film, c’est l’attirance irréductible dans laquelle on ne peut plus rien faire, comme la passion. Et qui, contre toute raison, parce que la société admet une histoire d’amour quand on se marie, quand qu’on va avoir des enfants, que tout va rentrer dans l’ordre, qu’on va commencer à être productifs. C’est resté cela. Comme si la société a peur aussi que cette femme entraîne l’homme vers une destinée funeste, qu’il va détruire sa vie ou qu’elle va être très malheureuse parce que délaissée. …il y a toujours comme des oiseaux de mauvais augure.

– Shauna est plus inquiète que Pierre qui, lui, n’a pas de doute sur cet amour
– Non, justement parce que le personnage de Pierre éclaire incroyablement le personnage de Shauna. Elle est très lucide sur elle-même, elle ne pense même plus à l’amour, elle est solitaire, elle suit ses cours d’architecture quand elle veut, elle n’a aucun rapport avec la société, elle vit toute seule au bord de la mer d’Irlande…c’est un personnage atypique.

Fanny Ardant dans "Les jeunes amants"

© Ex Nihilo Kare

– En fait, parce qu’elle est libre, parce qu’elle n’est plus à la recherche d’un homme, Shauna est peut-être plus ouverte à la vie et à l’amour.
– Exactement. Il ne faut pas chercher l’amour, il faut le recevoir. C’est pour ça qu’on dit toujours « tomber amoureux ». Vous marchez sur votre route et, tout d’un coup, au moment où vous vous attendiez le moins, quelque chose vous tombe dessus et vous sidère. Shauna n’est pas dans la résignation, elle n’y pense pas. Cela lui arrive comme un coup de foudre. Elle est aimée par Pierre. Dans l’ouverture du film, on les voit se rencontrer il y a quinze ans. Il y avait quelque chose d’irrésistible qu’ils ne pouvaient pas nommer parce que chacun vivait une tragédie. C’est pour ça que je dis que leur histoire d’amour est d’abord arrivée d’âme à âme et pas d’une attirance sexuelle.

– Shauna est atteinte d’une maladie grave. L’amour et la mort se télescopent…
– Shauna est très lucide sur elle. Elle a encore une âme d’enfant mais elle a une sagesse d’une personne qui a vécu beaucoup de choses. Elle ne veut pas entraîner cet homme qu’elle aime dans le désarroi que va provoquer la maladie. C’est encore une preuve d’amour de lui dire « Mais non, tu n’as pas d’avenir avec moi ». J’aime beaucoup une histoire d’amour, tellement forte mais qui ne veut rien construire, qui veut juste être vécue aussi forte que la mort. On voit toujours la mort comme quelque chose de noir. Voyez Yseult : on peut mourir d’amour. Et là, je pense que c’est dans la pureté absolue de l’amour qui n’est pas une fin, qui n’est pas pour se protéger de la solitude, qui est comme un amour donné et reçu sans rien construire. Et cette pureté peut donc s’opposer à la mort et être aussi forte qu’elle.

Melvil Poupaud et Fanny Ardant dans "Les jeunes amants"

© Ex Nihilo Kare

– Le film montre des scènes érotiques. Une première pour vous ?
– Je ne me suis jamais mise toute nue devant la caméra. Il y a beaucoup plus de scènes suggérées que montrées même si on parle du corps. Comme si le spectateur était suffisamment intelligent pour savoir ce qui se passe. C’était une sorte de deal entre Carine Tardieu et moi : elle ne ferait rien pour cacher mon âge et elle ne montrerait rien de ce que je ne voulais pas montrer.

– C’est la première fois que vous tournez avec Melvil Poupaud.
– Tout de suite, j’ai beaucoup aimé Melvil. C’est un garçon intelligent, libre, avec une personnalité à lui et il a compris que je suis très timide sous mes airs comme ça… et je savais qu’il me protégerait et qu’il serait un gentil homme.

L'affiche du film "Les jeunes amants"

– Rosalie, la fille de Shauna peine à trouver l’amour. Est-ce plus difficile, aujourd’hui, de trouver l’amour quand on a dix-huit ans?
– Non. Je ne pense pas. C’est comme si on disait le monde est devenu dangereux, non il l’a toujours été. Vivre a toujours été un danger et aimer a toujours été une prise de risque. Après, c’est un+un… Peut-être qu’il y a des études, des sondages… mais je n’y crois pas. Les mêmes souffrances, les mêmes joies sont les mêmes depuis la guerre de Troie. Il y aura toujours la même proportion de ceux qui auront peur et de ceux qui n’ont pas peur de s’engager dans une histoire d’amour.

– Malgré une certaine prise de conscience, le cinéma peine à faire de la place aux actrices qui vieillissent…
– Je n’en souffre pas. Anna Magnani, Simone Signoret, des actrices que j’admire beaucoup, ont tourné toute leur vie. Elles ont toujours montré leur vrai visage. C’est comme dans l’amour, on n’est pas obligés de suivre les dictats des journaux ou de la société. C’est à chacun de nous de s’en extraire. Evidemment, il n’y a pas beaucoup de films qui vont proposer cette thématique… Peut-être, mais moi j’ai toujours vécu ma vie en la vivant sans faire de plans sur la comète.

Informations supplémentaires

Film

Les jeunes amants

De

Carine Tardieu

Avec

Fanny Ardant, Melvil Poupaud, Cécile de France.

Sortie

9 février 2022

Publicité

Tous les articles

Publicité