Rédaction

25 November 2016

© Droits réservés

Son arrivée ne manqua pas d'attiser la curiosité d'autant que la jeune fille donne le ton en disant à qui veut bien l'entendre que c'est un honneur pour un pays d'avoir une Grande-Duchesse comme Reine. Sa première apparition en lamé or, hermine et bijoux rutilants fait sensation d'ailleurs à la sobre cour protestante des Pays-Bas. Dans son sillage, Anna a amené ses propres chefs, du mobilier, des ménagères complètes et même une chapelle orthodoxe en pièces détachées avec pope et chanteurs. Aujourd'hui, son souvenir s'est quelque peu estompé malgré les squares et les rues qui portent son nom dans tout le pays. L'exposition se propose de faire revivre ce personnage haut en couleurs qui, un temps, régna aux côtés de son époux sur la Belgique. Bijoux, portraits, pendules, miroir, riches costumes, services de porcelaines et nombre d'objets en bronze et malachite, une pierre verte extraite dans l'Oural, évoquant la souveraine ont été réunis au palais Het Loo à Apeldoorn, là où elle fut officiellement accueillie le 23 août 1816, après un voyage harassant.

 
 © Droits réservés

De suite, elle prend conscience du contraste entre les ruissellements d'or de la cour de Russie et la simplicité toute relative des résidences royales de sa nouvelle patrie. Au début de son mariage, elle se partage entre le palais de Kneuterdijk et le palais de Bruxelles, aujourd'hui occupé par l'académie, et durant l'été entre les palais de Soestdijk et de Tervueren.

 
 © Droits réservés

Le couple devra quitter la Belgique en 1830 et accèdera au trône des Pays-Bas en 1840. Il aura quatre fils et une fille. La Reine qui donnera son nom à un arbres et à un village consacrera toute sa vie aux oeuvres de bienfaisance mais jusqu'à sa mort, elle restera très attachée à ses racines, retournant fréquemment en Russieb ... une vie mise en scène pour la première fois dans le cadre somptueux du palais Het Loo !

Publicité

Tous les articles

Publicité