Inscrivez-vous à notre newsletter

Thomas de Bergeyck

13 October 2022

Les 8 et 9 octobre dernier, Esméralda s’est associée par l’entremise d’une vidéo diffusée très largement sur les réseaux sociaux au combat citoyen de la coalition Code rouge, qui dénonce l’utilisation encore trop massive des énergies fossiles dans la grande industrie. Sa cible : Total et leurs milliards de bénéfices distribués aux actionnaires. Le collectif a mené une action de désobéissance civile, une manifestation de colère non-autorisée par la police. Esméralda l’encourage, et va même plus loin.

La princesse Lilian, la princesse Marie-Christine (debout) et la princesse Esmeralda (dans les bras de sa mère) © Photo News

Souvenez-vous : n’est-ce pas la princesse de Belgique qui a été arrêtée par la police en 2019 à Londres, durant une action d’Extinction Rébellion sur Trafalgar Square ? Elle a passé des heures au poste, elle a donné son ADN, ses empreintes digitales et fait les photos de délinquants, devant un écran à lignes de face et de profil. Esméralda l’aurait même fait sciemment, pour attirer l’attention médiatique sur son combat. Et tout le monde a mordu.

© CC BY-SA 4.0/Valentin Dupont

Esméralda, c’est l’altesse qui donne de la voix aux sans-voix. Elle prend la parole qu’on ne lui a pas retirée en échange de ses titres. Jamais encore d’ailleurs le Palais ne s’est opposé à sa mobilisation. Esméralda n’est pas muselée. Et au fil des années, on sent la journaliste plus rebelle encore, qui bouillonne, et qui a pris conscience qu’il ne s’agissait simplement plus de relater, mais de mouiller la chemise. La planète brûle, nos réserves s‘épuisent et les glaces fondent. La terre prend l’eau de tous côtés. Et aucun titre, aucun nom ne pourra jamais y faire rempart.

Dans les années 60 déjà, sa grand-mère la reine Elisabeth avait fait du bruit dans Landernau en se rendant dans les pays du bloc communiste, à l’est, sur des territoires « à risque ». Le gouvernement retenait son souffle, mais elle n’en avait cure. À cette époque déjà, la « reine rouge » avait compris que pour prendre la parole, il fallait aussi prendre les armes. Esmeralda est une merveilleuse allégorie de tout cela. Son combat prend diverses formes : la lutte contre le réchauffement climatique, mais aussi le droit des femmes, et la reconnaissance de Delphine. Récemment, elle a même prôné le déboulonnage des statues de son aïeul Léopold II. La princesse Esméralda ne s’en laisse jamais compter. Elle nous donne là une courageuse mais merveilleuse leçon de liberté.

Photo de couverture © DR

Publicité

Tous les articles

Publicité