Inscrivez-vous à notre newsletter

Christophe Vachaudez

09 September 2022

Pourtant fatiguée, la souveraine avait tenu, voici quelques jours, à recevoir la Première Ministre Liz Truss, mais très vite les médecins avaient fait part de leur inquiétude et l’arrivée du prince Charles, de la duchesse de Cornouailles, de la princesse royale, puis du duc d’York, des comtes de Wessex et duc de Cambridge au chevet de la Reine laissait présager le pire. Et de fait, une page de l’histoire britannique s’est tournée, au terme du règne le plus long qu’ait connu le Royaume-Uni.

La reine Elizabeth II et Liz Truss

Liz Truss, toute récente première ministre du Royaume-Uni, est peut-être la dernière à avoir serré la main de la souveraine © i-Images/Polaris/Pool

On la pensait éternelle et l’incrédulité est encore grande à travers le pays où nombre de personnes n’ont jamais connu qu’elle sur le trône. Ils sont, là, sous la pluie battante, devant les grilles de Buckingham Palace pour exprimer leur respect à cette figure tutélaire, maternelle, éminemment symbolique. Mais Elizabeth II jouissait d’une popularité qui défiait les frontières et la commotion touche aujourd’hui le monde entier, avec des messages de sympathie qui affluent des quatre coins de la planète. Liz Truss a délivré un discours à la nation rendant hommage au dévouement et au sens du devoir d’une femme d’état qui a fait rayonner l’image d’une nation tout en incarnant l’unité nationale :

« Nous sommes tous dévastés par la nouvelle que nous venons d’apprendre. La mort de Sa Majesté la Reine est un énorme choc pour la nation et pour le monde. La reine Elizabeth II était le rocher sur lequel la Grande-Bretagne moderne a été construite. Notre pays a grandi et prospéré sous son règne. La Grande-Bretagne est le grand pays qu’elle est aujourd’hui grâce à elle. Elle monta sur le trône juste après la Seconde Guerre mondiale. Elle a défendu le développement du Commonwealth – d’un petit groupe de sept pays à une famille de 56 nations couvrant tous les continents du monde. Nous sommes maintenant une nation moderne, prospère et dynamique. Contre vents et marées, la reine Elizabeth II nous a fourni la stabilité et la force dont nous avions besoin. Elle était l’esprit même de la Grande-Bretagne, et cet esprit perdurera…C’est une réalisation extraordinaire que d’avoir régné avec tant de dignité et de grâce pendant 70 ans. Sa vie de service s’est étendue au-delà de la plupart de nos souvenirs vivants…Son dévouement au devoir est un exemple pour nous tous. Plus tôt cette semaine, à 96 ans, elle restait déterminée à s’acquitter de ses fonctions en me nommant son 15e Premier ministre. Tout au long de sa vie, elle a visité plus de 100 pays et elle a touché la vie de millions de personnes dans le monde. Dans les jours difficiles à venir, nous nous unirons avec nos amis à travers le Royaume-Uni, le Commonwealth et le monde pour célébrer sa vie de service exemplaire. C’est un jour de grande perte, mais la reine Elizabeth II laisse un grand héritage. Aujourd’hui la Couronne passe – comme elle le fait depuis plus de mille ans – à notre nouveau monarque, notre nouveau chef d’Etat : Sa Majesté le Roi Charles III. Avec la famille du Roi, nous pleurons la perte de sa mère…Et avec le passage du deuxième âge élisabéthain, nous inaugurons une nouvelle ère dans la magnifique histoire de notre grand pays, – exactement comme Sa Majesté l’aurait souhaité – en prononçant les mots : Que Dieu sauve le roi. »

En nommant ainsi le nouveau monarque, on peut supposer que le prince de Galles a souhaité conserver son prénom pour régner. Il a d’ailleurs fait émettre le message suivant :

« Le décès de ma mère bien-aimée, Sa Majesté la Reine, est un moment de la plus grande tristesse pour moi et tous les membres de ma famille…Je sais que sa perte sera profondément ressentie dans tout le pays, les Royaumes et le Commonwealth, et par d’innombrables personnes à travers le monde. Pendant cette période de deuil et de changement, ma famille et moi serons réconfortés et soutenus en sachant le respect et la profonde affection dans lesquels la reine était si largement tenue. »

Le Roi et la Reine rejoindront Londres aujourd’hui avant d’entamer une tournée des quatre entités du Royaume-Uni. L’opération London Bridge a donc été déclenchée et la dépouille de la Reine sera transférée à Édimbourg où elle sera exposée au Palais de Holyroodhouse avant d’être rapatriée à Londres, à Buckingham Palace, puis à l’abbaye de Westminster où la population pourra lui rendre hommage durant trois jours. Des funérailles d’état auront lieu le lendemain.

Devant les grilles de Buckingham .... © Martyn Wheatley/i-Images/Polaris)

© Victoria Jones/Photo News

...jusqu'aux portes de Balmoral, les Britanniques expriment toute leur peine © Stephen Lock/i-Images/Polaris

Nul doute que les témoignages de sympathie vont se multiplier au fil des jours, à la suite des condoléances envoyées par les présidents de l’Inde ou des États-Unis, du premier ministre canadien, du roi Willem-Alexander des Pays-Bas ou du Président ukrainien. Les anonymes convergent vers Windsor, Balmoral ou Buckingham afin de déposer quelques fleurs ou partager leur émotion à l’évocation de cette figure iconique qui a servi son pays durant tant d’années. Aujourd’hui, nous nous réveillons tous un peu orphelins, privé de ce sourire qui va tant nous manquer. Peut-on imaginer la Grande-Bretagne sans sa Reine ?

Illustration de couverture : © Camille Misson avec Photo News

Publicité

Tous les articles

Publicité