Christophe Vachaudez

30 July 2018

© DR

Comme la famille impériale, Yasmine Etemad Amini a dû fuir son pays soudain plongé dans la violence et l'obscurantisme. Elle grandit à San Francisco où ses parents se sont installés. Née le 26 juillet 1968, elle a 17 ans quand elle rencontre son futur mari. Les noces sont célébrées le 12 juin 1986 et Yasmine décide de poursuivre ses études, décrochant un doctorat en jurisprudence à l'université George Washington. Elle est admise au barreau en 1998 et intègre bientôt un cabinet d'avocats spécialisé dans les droits des enfants, The Children's Law Center.

© DR 

Consciente des problèmes auxquels est désormais confrontée la jeunesse de son pays, elle crée la Fondation pour les Enfants d'Iran qui finance l'accès aux soins médicaux pour ses compatriotes. Elle se retire toutefois en 2014 du Conseil d'administration. De façon discrète, elle seconde le prince Reza qui maintient d'étroits contacts avec la diaspora iranienne et se tient informé de l'évolution de la situation politique de son pays, avec le secret espoir de pouvoir à nouveau fouler son sol dans un avenir proche ou lointain. Le couple impérial n'a pas d'héritier mâle mais trois filles : la princesses Noor, née le 3 avril 1992, la princesse Iman qui a vu le jour le 12 septembre 1993, et la princesse Farah, née le 17 janvier 2004, et prénommée ainsi en l'honneur de sa grand-mère l'Impératrice.

 
© DR 

Yasmine Pahlavi est d'ailleurs très proche de la Shabanou qui vit en voisine dans une propriété proche, au coeur de la banlieue de Washington. L'épouse du Shah est d'ailleurs très fière de ses trois petites-filles qui l'accompagnent désormais à Paris ou dans d'autres villes européennes. L'histoire des Pahlavi se poursuivra donc au féminin !

Publicité

Tous les articles

Publicité