Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Ceci n'est pas l'Hôtel de Merode...

  • Rédigé par Paul Grosjean
1 avis
Sharing on Facebook
Ceci n'est pas l'Hôtel de Merode... © DR

L'Hôtel (de) Merode va renaître de ses cendres sous la houlette de Bruno Pani et Jean-Michel Loriers...

Dans le domaine du patrimoine, la Ville Lumière possède mille et une pépites, dont le fameux Palais Vivienne, l'un des plus beaux lieux privés de la capitale française, construit au XVIIIe siècle au cœur du Paris historique par l'intendant aux finances, aujourd'hui animé par le décrié collectionneur Pierre-Jean Chalençon et par le traiteur des stars Christophe Leroy. Face à ce scintillement, Bruxelles n'a pas de complexe à nourrir. Bruno Pani et Jean-Michel Loriers s'apprêtent de leurs côtés à rouvrir avec faste l'Hôtel de Merode, anciennement siège de feu le Cercle de Lorraine. Cet événement à venir est l'occasion de rappeler l'histoire de cet immeuble situé au coin de la Place Poelaert et de la Rue aux Laines. Ce récit est étroitement lié à celui de la famille des Princes de Merode. C'était au temps où l'Hôtel de Merode s'appelait en réalité Hôtel Merode...

 

La facade de l'hotel de Merode en 1980
© Inventaire du Patrimoine Arhictectural - Région de Bruxelles Capitale

 

Les origines de l'Hôtel Merode remontent à la première moitié du XVIe siècle. Le bâtiment est alors la propriété de René de Brederode. Ensuite, c'est le comte de Mansfeld, Gouverneur Général Intérimaire des Pays-Bas, qui reçoit le bien. En mai 1604, Alexandre, duc de Bournonville, hérite de l'ensemble du bâtiment. Après la démolition de l'ancien Hôtel Mansfeld, la première pierre du nouvel Hôtel Bournonville est posée le 12 mai 1618 au 23 de la Rue aux Laines. Parmi les résidents, on peut citer vers 1630 la présence de Marie de Medicis. De 1680 à 1703, Olympe Mancini, nièce de Mazarin, loue la belle demeure. En 1727, l'Hôtel Bournonville devient Hôtel Mastaing. Et c'est en 1791 qu'il prend le nom d'Hôtel Merode.

 

L'hotel de Merode depuis la rue aux Laines
L'Hôtel de Merode depuis la rue aux Laines© Inventaire du Patrimoine Arhictectural - Région de Bruxelles Capitale 

 

En 1863, Charles de Merode, Président du Sénat, cède à l'Etat belge à un prix dérisoire la majeure partie des « ravissants jardins séculaires » de l'Hôtel familial. Cela permit l'érection du Palais de Justice à la Place Poelaert (devant initialement s'appeler Place de Merode). Charles, Prince de Merode-Westerloo (1887-1997), est le dernier représentant de la famille princière à occuper les lieux. Ensuite, une procédure de classement comme monument historique aboutit le 17 avril 1997 au classement des façades donnant sur la Place Poelaert, de la façade sur la Rue aux Laines ainsi que du « volume » des toitures. Et c'est entre 2005 et 2008 que l'Hôtel Merode et ses dépendances (sises Rue de la Régence) font l'objet d'une profonde et fidèle restauration, assurant à cet ensemble bruxellois d'une valeur historique incontestable de « pouvoir continuer à traverser les siècles » comme l'écrit Baudouin de Merode...

 


Newsletter Lobby du 23 avril 2021, rédigée par Paul Grosjean, rédacteur en chef de Lobby. Retrouvez Lobby, la revue des cercles du pouvoir, ici
Rédigé par Paul Grosjean

Actualités liées