Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Hyacinthe Rigaud, Peintre du roi

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Hyacinthe Rigaud, Jeune serviteur noir, ca. 1700. Hyacinthe Rigaud, Jeune serviteur noir, ca. 1700. © DR

Auteur du plus célèbre portrait de Louis XIV (drapé dans son manteau d'hermine fleurdelysé), Hyacinthe Rigaud (1659-1743) fut aussi le portraitiste de Louis XV et de bien d'autres Grands de son temps.

Le château de Versailles présente la première rétrospective consacrée à ce fils de tailleur devenu peintre des rois qui fut le plus éblouissant ambassadeur du Grand Siècle.

"Rigaud, peintre des Grands, des guerriers et des rois, / Toujours de la nature imitateur fidèle, / Joint au plus beau fini, la touche la plus belle." Le compliment est de Claude-François Desportes (1695-1774), peintre et historien d'art, fils et élève du célèbre peintre animalier Alexandre-François Desportes, qui était lui-même contemporain de Hyacinthe Rigaud. Si le tour peut paraître flatteur, il dit vrai : la perfection de l'imitation et de la touche, et la beauté du fini des portraits de l'artiste, qui fut pourtant prolifique (il a peint plus de 1500 tableaux) sont époustouflants.


"La fascination presque universelle qu'exerce encore aujourd'hui le Roi-Soleil" ne serait pas la même sans le grand portrait de Louis XIV en costume de sacre, "le coup de maître" du peintre catalan, va jusqu'à affirmer Laurent Salomé, directeur du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, co-commissaire de l'exposition, dans la préface du catalogue : "Un chef-d'œuvre absolu [...] un extraordinaire morceau de peinture. Chaque petite surface colorée est jubilatoire. Les talonnettes rouges ont le même pouvoir d'émotion que le "petit pan de mur jaune" dans la Vue de Delft de Vermeer". "Rien chez Le Brun ou chez Mignard n'approche cette incroyable présence, somptueuse et sympathique, profondément humaine et parfaitement extravagante."

Force est de constater que cette "incroyable présence", cette vérité, cette profonde humanité transparaissant par-delà la somptuosité et l'extravagante virtuosité de la touche, rejaillit dans tous les portraits de Rigaud, de ceux de Cour aux autoportraits. Ainsi, celui du Jeune serviteur noir (vers 1710-1720) du musée des Beaux-Arts de Dunkerque, où le chatoiement des étoffes et la brillance des coloris donne à l'esclave une prestance princière.


S'adjoignant les procédés plastiques d'autres disciplines, telle la sculpture, dont il aime à reprendre les effets, "travaillant au pinceau comme on le ferait au ciseau les reliefs et les anfractuosités de ses drapés" (1), Rigaud, élevé à la dignité de chevalier de l'ordre de Saint-Michel (la plus haute décoration pour un artiste en France), avant d'être élu recteur de l'Académie royale de peinture et de sculpture, contribuera largement au changement de statut du portrait dans la hiérarchie des genres picturaux.


Portraits de Cour (membres de la famille royale française mais aussi princes de toute l'Europe), portraits intimes, portraits en négligé, portraits d'artistes ou de grands financiers, portraits historiés, allégoriques ou mythologiques, mais aussi figures de fantaisie... S'étirant sur un demi-siècle, la galerie de physionomies qu'il nous est donné à voir révèle tout le brio mais aussi toute la subtilité de ce Saint-Simon de la peinture.

(1) Ariane James-Sarazin, commissaire scientifique de l'exposition, dans le catalogue.

Hyacinthe Rigaud
ou le portrait Soleil

Château de Versailles
www.chateauversailles.fr

 

Informations supplémentaires

  • Du: vendredi, 22 janvier 2021
  • Au: dimanche, 14 mars 2021
  • Location: Versailles
Rédigé par Rédaction

Actualités liées

 

Dans la même catégorie