Inscrivez-vous à notre newsletter

Sarah Belmont

19 August 2023

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

C’est un petit coin de paradis sur terre, le premier placé sous le signe du luxe, en Crète. Membre des groupes Bluegr et Design Hotels, le Minos Beach Art Hotel fête ses soixante ans cette année. Ses 125 bungalows s’inscrivent dans l’architecture authentique des villages de pêche environnants. Celle-ci est l’œuvre d’Eleni Soufli, l’une des premières femmes diplômées de l’Université polytechnique nationale d’Athènes. L’ensemble s’étire sur une côte arborée de 2,5 kilomètres. Un rafraîchissant breuvage glacé à base de plantes locales (sauge, camomille, thym, verveine, marjolaine) consacre l’arrivée de chacun. De quoi se détendre immédiatement face au Minotaur de Frosso Michalea (1970), posté à l’entrée. Cette sculpture, que l’on pourrait qualifier de prémonitoire, a été commandée avant même qu’il ne soit décidé d’accorder à l’art une place prépondérante au sein de l’établissement.

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

On doit cette dernière initiative à l’une des deux filles des regrettés propriétaires, aux commandes depuis les années 1980. En 1988, Gina Mamidakis, que tout le monde ici appelle Miss Gina, convie trente-deux artistes et cinq conservateurs venus de Grèce, d’Europe et des États-Unis, à réfléchir à l’avenir du Minos Beach. Une quinzaine d’installations in situ découleront de ce premier symposium, puis autant d’un deuxième organisé, deux ans plus tard, sur le thème de la Méditerranée. En 1993, la George & Aristea Mamidakis Foundation (du nom de ses parents) voit le jour et, avec elle, des pièces d’une vingtaine d’artistes bridés par des régimes totalitaires. Résultat : la fondation possède désormais 70 pièces de signatures principalement grecques, dont vingt se trouvent conservées au Life Gallery Athens Hotel, l’une des trois maisons sœurs du Minos Beach Art Hotel.

Oreilles sous-marines

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

Un parc de sculptures en plein air se déploie dans les jardins odoriférants du point de chute crétois. Pour en apprécier toute la richesse, il suffit de demander une visite guidée à la réception ou de télécharger l’application Smartify. Avis aux flâneurs : baissez les yeux ! Un cartel accompagne chaque œuvre. Parmi les historiques, Drawing de Lynda Benglis, tracé en métal qui se découpe sur un ciel le plus souvent bleu (d’où son titre qui signifie “dessin” en français, NDLR) ; Light and Shadow, rocher peint en jaune vif par Carlo Ciarli ; Don Quixote, moulin réhabilité par Theodoros Zafeiropoulos ; et Haris, figure humaine façonnée par Eleni Mylonas à base de cordes et mise en place avec l’aide de l’homme dont elle porte le prénom. L’artiste aurait, selon la rumeur, eu le béguin pour lui. Sans oublier les installations sous-marines, telles que Lost Ears of Agios Nikolaos de Kostas Ioannidis, sept oreilles en béton immergées au fond de la mer avec un système sonore qui contribue à une expérience quasi synesthésique.

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

Le soutien de la G&A Mamidakis Foundation ne s’arrête pas là. Depuis 2019, un prix a été créé afin d’offrir une aide financière aux artistes, émergents ou confirmés, ainsi qu’un cadre inspirant pour créer et étendre leur réseau. Les deux premières éditions ont récompensé des duos : Theodoros Zafeiropoulos & Yiorgos Rimenidis, d’abord ; Ileana Arnaoutou & Ismene King, ensuite. Come With The Wind (2019) est un hommage sculptural et sonore aux huit vents de la mythologie grecque. Le souffle de l’air s’intensifie à l’approche de chaque visiteur. Rien à voir : Tender Shell Geophilia (2022) consiste en des formes concaves modelées en polyester et fibre de glace. À moitié immergées dans l’eau, elles confèrent une “seconde peau” aux rochers… et aux nageurs, un endroit certes glissant, mais ludique, où s’asseoir.

Art esthétique… et culinaire

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

Cette année, le Minos Beach Art Prize connaît une double ouverture géographique, couronnant des artistes grecs et internationaux ayant imaginé des œuvres pour le Minos Palace, situé juste en face. Parmi les lauréats, la Japonaise Ami Yamasaki est en train de fabriquer et de monter, languette par languette, une installation en papier d’une grande poésie. Plus à l’ouest de l’île, l’hôtel Candia Park, le quatrième et dernier maillon de la chaîne Bluegr, s’apprête à recevoir son propre musée d’art contemporain, accessible à tous. Tout ce que l’on sait, c’est qu’une percée dans ce tout nouveau bâtiment laissera, à la manière des Skyscape[s] de James Turrell, entrer la lumière naturelle.

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

© Minos Beach Art Hotel

D’autres formes d’art, culinaire et esthétique, s’illustrent au Minos Beach Art Hotel. En 2019, c’est la cheffe Poppi (diminutif de Calliope, la muse de la poésie épique, NDLR) Kourkoutaki qui a repris la direction des fourneaux. Au spa, demandez Eiríni aux doigts de fée. Rien que son prénom, qui signifie “paix” en grec, vous met dans de bonnes dispositions !

Luxe, calme et volupté… Le Minos Beach Art Hotel applique la recette baudelairienne à la perfection.

Raoul Dufy gouache sur papier

Marché de l'art

Informations supplémentaires

Adresse

Minos Beach Art Hotel
Agios Nikolaos
Crete 721 00, Grèce

Téléphone

+30 28410 22345

Réservations

Publicité

Tous les articles

Publicité