Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

On a testé pour vous les jets de houblon

  • Rédigé par Hughes Belin
3 avis
Sharing on Facebook
On a testé pour vous les jets de houblon © DR

La très courte saison des jets de houblon bat son plein. Connue seulement des amateurs avertis, cette spécialité belge est pourtant le légume le plus cher du monde ! Un des seuls magasins à en vendre en Région bruxelloise est Rob, supermarché de luxe qui abrite aussi un restaurant, où on peut les déguster.

Originaires d'Alost à Poperinge, les jets de houblon belges sont une denrée rare et éphémère. Leur saison dure tout au plus un mois et demi. Mais cette année, « tout pousse trop vite parce qu'il fait chaud. Nous n'avons pas eu de transition nette, un vrai hiver », nous explique François Vossen, Chef de Produit chez Rob. La saison qui a démarré aux alentours de la Saint-Valentin devrait déjà s'achever à la mi-mars.

 

Un tas de jets de houblon
© DR


Rien à voir avec la bière : ces jeunes pousses « démarrent » sur la racine des pieds de houblon et l'agriculteur doit les ôter pour éviter qu'ils ne détournent la sève de la liane principale. Ça coûte très cher à produire car, comme pour les asperges et les chicons de pleine terre, il faut creuser la terre (donc se baisser) dans le froid et dans l'humidité. Ils sont très fragiles et tournent très vite : ils sont consommables tout au plus une semaine après leur cueillette.
Cela vaut-il 200€/kg ? Une portion représente une centaine de grammes par personne. Le goût est très fruité, aqueux, un peu comme un chicon, sans l'amertume. C'est croquant comme un germe de soja, légèrement fibreux comme une asperge, puis ça fond dans la bouche. D'une grande douceur, ils se dégustent lentement, les yeux fermés.

 

La salle du restaurant Rob à Woluwé à Bruxelles
La salle du restaurant, dessinée par le designer et architecte d'intérieur Michel Penneman, surplombe l'epicérie de luxe Rob, à Woluwé. © ROB

 

Le restaurant de Rob ne désemplit pas depuis sa réfection l'année dernière. Tous les produits en rayon sont potentiellement des ingrédients pour la cuisine. Les jets de houblon n'échappent pas à la règle : à chaque saison, le restaurant les met à la carte.
Cette année, ils sont servis légèrement blanchis (3 min chrono dans l'eau bouillante) avec une sauce mousseline et un œuf poché, comme le veut la tradition. Pour 35,10€, on peut en déguster 80g, ce qui en fait un plat quasiment à prix coûtant.
Pour les accompagner, nous avons bu un magnifique Sancerre blanc de chez Lucien Crochet, à la carte.

 

Une entrée aux jets de houblon du restaurant ROB à Woluwé
© ROB 

 

Un petit détour par l'impressionnante cave au sous-sol nous ouvre d'autres perspectives. Julien, le sommelier, nous suggère un Chablis 1er Cru Les Vaillons 2017 du Domaine Moreau-Naudet (39,50€), une Oude Geuze de la Brasserie 3 Fonteinen à Berseel (9,95€) ou un Champagne 1er cru Les Vignes de Vrigny d'Egly-Ouriet 100% pinot meunier (58€).

Dépêchez-vous, ça ne durera pas longtemps !

Rédigé par Hughes Belin

Actualités liées