Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Art & Culture

Mehdi M. Barsaoui : "Un fils"

Cinéma

Fin 2011. Dans le Sud tunisien, un couple (Najla Ben Abdallah et Sami Bouajila) est pris dans une embuscade terroriste. Grièvement blessé, leur enfant doit subir une greffe de foie en urgence. Une course contre la montre hospitalière s'enclenche tout en embrassant un drame familial. Comment une famille moderne vit dans une société tunisienne en pleine mutation? Le jeune réalisateur tunisien Mehdi M. Barsaoui filme avec finesse les tourments d'un couple moderne comme symbole des déchirements de la Tunisie post-révolution. Un premier film émouvant, percutant, de portée universelle, récompensé notamment au FIFF (Prix du public). Rencontre à Namur.

Lire la suite >>
Cannes, anyway !

Cinéma

Cannes ou pas Cannes ? Alors que de nombreuses manifestations culturelles ont été annulées, pandémie de coronavirus oblige, les organisateurs du rendez-vous cannois ont, dès mi-mars, soutenu mordicus que le Festival de Cannes 2020 devait exister, "coûte que coûte". Après de longs mois d'attente sur la forme que pourrait la 73e édition, Thierry Frémaux, son Délégué général et Pierre Lescure, son président, ont dévoilé la sélection officielle.

Lire la suite >>
Restez chez vous avec Bwanga Pilipili

Cinéma

Bienvenue dans le confinement de Bwanga Pilipili, comédienne et autrice de théâtre et poésie. 

Lire la suite >>
Emmanuelle Bercot dans Jumbo de Zoé Wittock

Cinéma

Jeanne (Noémie Merlant), une jeune femme timide, travaille comme gardienne de nuit dans un parc d'attractions. Fascinée, elle s'amuse à reproduire chez elle des objets articulés en version miniature. Elle entretient même des dialogues amoureux avec "Move it", ce drôle de bidule qu'elle baptise Jumbo. La jeune réalisatrice belge Zoé Wittock filme une histoire d'amour hors du commun. Que Margarette, la mère de Jeanne (Emmanuelle Bercot), considère comme pur délire. Rencontre avec l'actrice (et réalisatrice) française.

Lire la suite >>
Restez chez vous avec Caroline Veyt

Cinéma

Bienvenue dans le confinement de Caroline Veyt, animatrice et actrice belge.

Lire la suite >>
Restez chez vous avec Olivier Figus

Cinéma

Bienvenue dans le confinement de Olivier Figus, un acteur et mannequin français. 

Lire la suite >>
Christophe Lambert : « Tintin m'a aidé à sortir de mon quotidien »

Cinéma

Adrien (Vincent Lacoste) est un Peter Pan moderne. À vingt-sept ans, il se comporte toujours comme un petit garçon immature et irresponsable. Enfant, il avait connu un petit succès au cinéma. Aujourd'hui, Adrien n'a ni gloire ni argent. Il se voit interdit de carte bancaire et exproprié de son appartement. Il doit retourner vivre chez ses parents. Sa mère (Emmanuelle Devos) est psychothérapeute. Son père, écrivain en panne d'inspiration, alcoolique, vit dans la chambre de bonne. Adrien découvre le fiasco conjugal de ses parents. Contre toute attente, on lui propose d'incarner le général de Gaulle, jeune. Sans trop y croire, Adrien se lance dans cette nouvelle aventure... Antoine de Bary livre une comédie douce-amère sur l'adulescence, thème qu'il avait déjà abordé dans un court-métrage. Il signe un premier film tendre, réaliste et facétieux. On retrouve un Christophe Lambert inédit, en père à la dérive. Nous l'avons rencontré en pleine forme, au FIFF.

Lire la suite >>
Berlinale 2020 : l'Ours d'or pour un cinéaste bâillonné

Cinéma

Le jury de la 70e Berlinale a attribué l'Ours d'or à un film présenté le tout dernier jour (une erreur de programmation, à mon avis) dont l'auteur pourrait se retrouver demain matin dans les geôles de son pays. Cinéaste iranien, Mohammad Rasoulof, 48 ans, a été condamné l'an dernier à un an de prison pour « propagande contre le régime » (la peine est suspensive) et à une interdiction de quitter le territoire. De surcroît, il n'est plus autorisé à tourner des films, de sorte que la réalisation de There Is No Evil a été clandestine, l'équipe et les interprètes travaillant sur les instructions du metteur en scène. C'est la fille de Rasoulof - elle joue dans cette œuvre - qui a reçu samedi la récompense sur la scène du Berlinale Palast.

Lire la suite >>
Berlinale 2020 : exigeant Rizi, de Tsai Ming-Liang

Cinéma

Un film de deux heures sans un mot de dialogue : la Berlinale aime proposer ce genre de défi à son public.

Lire la suite >>
Berlinale 2020 : l'Ours d'Or pour Berlin Alexanderplatz ?

Cinéma

Une descente aux enfers : c'est à quoi nous invite Berlin Alexanderplatz, film de 180 minutes présenté hier dans la compétition berlinoise.

Lire la suite >>