Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Art & Culture

Fanny Ardant et Vianney dans « Ma mère est folle »

Cinéma

Séparés par la vie et l'incompréhension, Nina (Fanny Ardant) femme fantasque et Baptiste (Vianney Bureau) son fils trop sage se redécouvrent au cours d'un voyage en voiture. L'intrigue de cette comédie aux allures de road-movie signée Diane Kurys repose surtout sur le bel entrain de Fanny Ardant, devenue blonde incandescente. Patrick Chesnais et Arielle Dombasle, seconds rôles dans le film, sont épatants. Rencontre avec les deux protagonistes.

Lire la suite >>
« En liberté ! », la meilleure comédie de l'année

Cinéma

En liberté !, la bien nommée. Pierre Salvadori met en scène une histoire joyeusement déjantée, drôle et pétaradante.

Lire la suite >>
Guillaume Senez :  « c'est compliqué de communiquer avec les gens qu'on aime »

Cinéma

Olivier (Romain Duris), délégué syndical, est appelé à tout moment pour combattre les injustices au sein de son entreprise. Sa femme Laura (Lucie Debay) quitte le domicile, sans explication. Olivier se retrouve seul avec ses deux enfants. Sa sœur (Laetitia Dosch) vient à la rescousse. Vite rattrapé par le quotidien, Olivier bataille pour concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Nos batailles pose la question de comment garder ses valeurs et ses idéaux dans une carrière prenante tout en ayant la responsabilité d'une famille mono-parentale.

Lire la suite >>
Rafiki, une histoire d'amour censurée

Cinéma

La jeune réalisatrice Wanuri Kahiu venue de Nairobi a présenté Rafiki en sélection Un Certain Regard au Festival de Cannes. Une histoire d'amour entre deux jeunes filles qui a été censurée dans son pays juste avant la projection cannoise.

Lire la suite >>
Deux mères, une fille

Cinéma

L'histoire se déroule dans les paysages de Sardaigne, loin des plages touristiques. Vittoria (Sara Casu), mignonne petite rousse de 10 ans, vit avec sa mère Tina (Valeria Golino) et son père, effacé (Michele Carboni). Un jour, dans une fête, Vittoria rencontre une femme exubérante qui la subjugue.

Lire la suite >>
L'homme qui tua Don Quichotte, une comédie d'aventures déjantée

Cinéma

Le film le plus (in)attendu de Terry Gilliam a clôturé le 71e Festival de Cannes et ouvert la première édition du BRIFF. Spectaculaire avec une mise en scène colorée parfois soûlante, le Don Quichotte de Terry Gilliam revisite le roman picaresque de Cervantès, lui donnant une version moderne.

Lire la suite >>
Bouli Lanners : « j'aime jouer des personnages blessés »

Cinéma

Chef décorateur pour le cinéma, homosexuel, veuf, Martin (Bouli Lanners) est tenté par le suicide. Anéanti, il est incapable de supporter le deuil de l'être aimé. Un de ses employeurs lui propose un mariage blanc avec une de ses conquêtes congolaises de 20 ans, Tamara (Rachel Mwanza). Cet arrangement, contre monnaie sonnante et trébuchante, lui permettrait de garder sa maison. Tamara et Martin que tout sépare vont devoir ruser, faire croire à leur amour auprès des autorités migratoires. À force de faire semblant, ils tissent malgré eux, une histoire qui ressemblerait à de l'amour ?

Lire la suite >>
Chronique de la Croisette : Colère, amours et récompenses

Cinéma

L'attente a été longue. Très longue. Et le suspense entier, au fil des 21 films en compétition. Alors que la mélodie «Avec le temps» (de Léo Ferré) berce l'inéluctable fin du festival, le maître de cérémonie Edouard Baer salue Terry Gilliam dans la salle: «il en a fallu des combats pour être là» lance-t-il au réalisateur de «L'homme qui tua Don Quichotte », film de clôture (et hors compétition). Facétieux Edouard Baer qui s'adresse à la Présidente australienne, dans un anglais «fleuri». «Nous vous admirons» déclare d'emblée Cate Blanchett, rendant un vibrant hommage aux deux grands absents de Cannes, Kirill Serebrennikov et Jafar Panahi, dont les films étaient en compétition.

Lire la suite >>
Chronique de la Croisette : Les marches des femmes

Cinéma

Quatre-vingts deux femmes, en rangs serrés, avancent, en silence, sur le tapis rouge. En haut des marches, Cate Blanchett et Agnès Varda. Le collectif 100% féminin a signé, ici à la Croisette, une charte pour favoriser la parité et la diversité dans le 7e art. Une première.

Lire la suite >>
Chronique de la Croisette : une montée des marches caliente !

Cinéma

Mardi, jour férié. Le bitume disparaît sous les voitures de luxe et les festivaliers en tenue de soirée tandis que des spectateurs privilégiés se préparent à la fête. Dès 18 heures, les paillettes sont de retour sur les marches du Palais des Festivals. Une montée des vingt-quatre marches caliente pour la cérémonie d'ouverture de la 71e édition du Festival de Cannes.

Lire la suite >>