Christophe Vachaudez

14 June 2022

Le roi Philippe et la reine Mathilde avec des enfants congolais

Les choses semblent avoir évolués depuis le dernier voyage conduit par le roi Albert II voici douze ans puisqu’au contraire de son père, le roi Philippe a pris la parole à de nombreuses reprises et est allé à la rencontre de la population, ne se limitant pas à la capitale. Le président qui a vécu durant trente ans dans notre pays souhaitait ardemment ce rapprochement afin que les relations bilatérales puissent retrouver une vitesse de croisière. Il a donc tenu à accueillir le couple royal à sa descente d’avion, en compagnie de son épouse Denise. D’emblée, une danse traditionnelle a donné le ton à ce périple dont la première journée fut marquée par des symboles forts.

Arrivée des souverains belges au Congo

Arrivée des souverains belges au Congo © Frédéric Andrieu/Bestimage

Le souverain a restitué un masque Kakuungu qui sera exposé dans le nouveau musée construit à Kinshasa avec des fonds de la coopération coréenne. Autre geste de la Belgique, le Roi a remis l’ordre de la couronne au dernier vétéran congolais de la Seconde guerre mondiale encore en vie, le caporal Kunyuku. Enfin, le discours tant espéré a été prononcé devant le palais du peuple et le roi a exprimé « son profond regret pour ce régime marqué par le paternalisme, la discrimination et le racisme ».

Le roi Philippe a décoré un ancien combattant congolais

© Philip Reynaers/Photonews

Lors de la deuxième journée, le couple royal s’est rendu au beach Ngobila, le port de Kinshasa, où se tient un grand marché. Les femmes y vendent des pagnes aux dessins colorés, défendant becs et ongles un pan important de l’économie du pays. Le souverain a revêtu un bref instant un costume et un couvre-chef traditionnels, provoquant le fou-rire de son épouse. Le troisième jour, cap vers Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga pour découvrir cette ville de trois millions d’habitants, l’un des poumons économiques du pays, à une distance de Kinshasa de 2200 kilomètres. Philippe et Mathilde ont visité l’école belge, mise sur pied par la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui compte aujourd’hui 624 élèves, avant de gagner l’université où le roi a prononcé un deuxième discours, insistant sur l’importance du rôle de la jeunesse dans le futur du pays. Ambiance joyeuse assurée !

© Philip Reynaers/Photonews

© Pool/Photonews

© Philip Reynaers/Photonews

©Pool/Photonews

Une incursion à une centaine de kilomètres de Lubumbashi, au village de Katanga, a permis une nouvelle fois aux souverains d’aller à la rencontre de la population. Accueillis par les chefs coutumiers, Philippe et Mathilde ont abordé des sujets comme la déforestation ou l’amélioration du système agricole. Dernier volet de ce voyage riche en échanges, Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Ils y ont visité l’hôpital Panzi sous la guidance du docteur Mukwege, Prix Nobel de la paix en 2018. Reçu en mars de cette année au palais de Laeken, il retrouvait le couple royal sur le terrain auprès des victimes de violences sexuelles soignées dans l’institution, un épisode qualifié de particulièrement poignant par les souverains.

Visite de l'hôpital de Panzi du Dr Mukwege

Visite de l'hôpital de Panzi du Dr Mukwege © Pool/Benoit Doppagne/Photonews

Le périple congolais s’est donc déroulé sans incidents, générant une énergie positive unanimement appréciée et laissant augurer une amélioration duration des relations entre les deux états.

Photo de couverture : © Philip Reynaers/Photonews

Publicité

Tous les articles

Publicité