Inscrivez-vous à notre newsletter

Martin Boonen

16 June 2023

C’est peut dire que la destination originelle ou l’histoire du bâtiment ne prédestinait pas le Royal Hainaut à devenir l’incroyable hôtel de luxe qu’il est actuellement. Bâtiment classé depuis 1945, l’hôpital général de la Charité fut fondé sur lettres patentes de Louis XV en mars 1751 pour enfermer et faire travailler les vagabonds, les mendiants, les filles-mères de la province du Hainaut, en France. L’imposant édifice s’organise en quatre corps de bâtiments, élevés d’un étage, autour d’une cour rectangulaire à pans coupés, selon un plan fréquent sous l’Ancien Régime. L’hôpital général de la Charité eut depuis plusieurs vies. Tour à tour hospice, hôpital, et maison de repos, il a achevé sa dernière mue en 2018. Elle fit de lui ce qu’il est encore à ce jour : un fabuleux hôtel de charme et de luxe.

© Royal Hainaut

Il suffit de passer les portes de l’imposant porche d’entrée pour comprendre toute l’ambition du chantier de rénovation d’il y a 5 ans. On pénètre alors dans un vaste cour rectangulaire pavée, verdoyante et arborée. Le lobby se dresse devant nous : un impressionnant parallélépipède vitré qui s’enchâsse à la perfection et avec délicatesse dans l’ensemble historique. Il baigne de lumière la réception, le lobby et le bar de l’hôtel. La décoration contemporaine intègre de manière spectaculaire la façade historique du bâtiment. C’est assez époustouflant il faut bien le dire.

© Royal Hainaut

Ce sentiment d’espace, de confort et de tranquillité que dégage cet espace ne nous quittera plus du séjour. L’impression se poursuit lorsque nous découvrons la chapelle (désacralisée), parfaitement rénovée mais historiquement scrupuleusement conservée aussi. Les chambres sont à l’image de ce que nous avons déjà pu voir : décorées dans un style contemporain baroque et luxueux, elles mettent à profit les larges volumes qu’offre le bâtiment historique.

© Royal Hainaut

Les hautes et grandes fenêtres font entrer largement la lumière, pour réchauffer les belles pierres d’époques, apparentes partout. Les hauteurs sous plafond, démesurées, sont particulièrement bien exploitées par les suites duplex qui installent, en hauteur, une chambre en mezzanine, surplombant un confortable salon.

Une suite duplex, en mezzanine © Royal Hainaut

L’extraordinaire espace bien-être a trouvé sa place dans les somptueuses caves voûtées de l’ancien hôpital. Il comprend, sur 1200m2, un espace pour des soins adaptés à tous les âges, un hammam parfumé, un sauna, une salle de fitness et une grande piscine pour se prélasser pendant des heures.

© Royal Hainaut

De hautes fenêtres font, là aussi, entrer largement la lumière, qui projette ses reflets vers le sommets des voûtes. Les piliers qui les soutiennent plongent carrément dans l’eau. Se baigner dans le calme et la tranquillité d’un édifice plusieurs fois centenaires a quelque chose d’envoutant.

© Royal Hainaut

Le Royal Hainaut propose deux offres de restauration. La première, La Storia, est un restaurant gastronomique italien. Il faut se rappeler que, comme de notre côté de la frontière, le Hainaut a largement profité de l’immigration italienne dans les années 50’, apportant dans cette terre de charbon, la chaleur de sa cuisine. La salle est vaste et claire. Sous la voûte, on dîne dans une ambiance feutrée. Le menu, imaginé par le chef Maxime Van Hulle, décline avec beaucoup de bonheur les spécialités italiennes en ayant le bon goût de ne pas oublier que la cuisine transalpine ne se limite pas a la pasta. Mais le coup de grâce, c’est le dessert. Pâtissier à la base, le chef fait parler ici toute sa vista. Ce soir-là (la carte évolue sans arrêt en fonction des saisons et de la disponibilité des produits), la déclinaison de noisettes conçue par Maxime Van Hulle, accompagnée d’un verre de Frangelico (liqueur de noisette italienne injustement désuète), nous laissera un excellent souvenir pour longtemps.

La Storia © Royal Hainaut

La Galerie, le second établissement de l’hôtel est une brasserie élégante et propose une cuisine française classique mais raffinée, faisant la part belle à certaines spécialités régionales comme l’excellent Lucculus de Valenciennes (montage de fines tranches de langue de bœuf fumée, puis cuite au court-bouillon, et d’autres de foie gras). Mais c’est, là encore, le dessert qui nous fera la plus forte impression. Préparation signature du chef Maxime Van Hulle pour la Galerie, la pavlova, revisitée plusieurs fois par an, est un grand moment de bravoure (par ses imposantes et généreuses proportions) et de gourmandise. Il n’y a rien à faire, pour les desserts, un chef pâtissier fera toujours la différence.

La Storia © Royal Hainaut

Après un séjour au Royal Hainaut, ce qui marque le plus, c’est l’impression d’espace donné par les immenses volumes d’un bâtiment qui n’était pas destiné à devenir un hôtel. Une nouvelle mission dont il s’acquitte avec une évidente réussite. Car, outre le confort et l’éclat des installations, le plus grand luxe du Royal Hainaut, c’est peut être ça : l’espace. Les dimensions de l’ancien hôpital sont impossibles à reproduire dans un bâtiment contemporain et elles contribuent au sentiment de calme, de paix et de plénitude de l’endroit, et ce quelque soit son niveau de fréquentation. Luxe, calme et volupté, la voie royale en Hainaut.

Piëch Automotive

Lifestyle

Betty Parsons

Arts & Culture

Royaume-Uni, Londres

Du 20/03/2024 au 27/04/2024

Publicité

Tous les articles

Publicité