Inscrivez-vous à notre newsletter

Christophe Vachaudez

19 April 2022

Le diadème des princes de Furstenberg vendu par Christie's

Très connue en Allemagne, la famille qui réside au palais de Donaueschingen, à une trentaine de kilomètres du lac de Constance, n’a jamais connu de problèmes financiers. Grands propriétaires fonciers à la tête d’importants intérêts brassicoles, les Fürstenberg sont à la tête de collections artistiques riches en sculptures, ivoires, manuscrits, tapisseries, orfèvrerie, mobilier et peintures anciennes (citons Holbein, Dürer, Cranach, Beham, Strigel…).

Le diadème des princes de Furstenberg peut aussi être un collier

© DR

Les bijoux ne manquent pas à l’appel avec un collier aux camées ayant appartenu à l’impératrice Joséphine, tout comme trois diadèmes, un serti de brillants, un second de turquoises et un troisième orné de perles, précisément celui présenté chez Christie’s, le 11 mai prochain, en lot 60. Estimé entre 400.000 et 600.000 francs suisses, le bijou fut réalisé à la fin du XIXe siècle par le joaillier viennois Flach Mediansky & Paltscho dont on a conservé une lettre expliquant la versatilité de la pièce. En effet, totalement modulable, le diadème se démonte et les onze motifs en forme de fleurs de lys affrontées s’unissent alors pour former un collier. De même, il était possible de remplacer les perles par d’autres pierres précieuses comme on peut d’ailleurs le voir sur le portrait de la première propriétaire la comtesse Irma de Schönborn-Buccheim, épouse du prince Max-Egon II de Fürstenberg. Ainsi, cette dernière a choisi de l’arborer, orné d’émeraudes, sur un tableau dû au célèbre portraitiste des cours d’Europe Philip Alexius de Laszlo.

La princesse Irma de Fürstenberg

La princesse Irma de Fürstenberg © Fürstliches Fürstenbergisches Sammlungen-Weitra

La princesse Maximiliane de Fürstenberg et son fils Antonius

La princesse Maximiliane de Fürstenberg et son fils Antonius le jour de son mariage © DR

Le bijou sera l’un des favoris de la comtesse Paula de Königsegg-Aulendorf, l’épouse de son petit-fils Joachim-Egon. Surnommée Polli par ses proches, la Princesse douairière est décédée à 92 ans le 6 janvier 2019. C’est peut-être dans le cadre de sa succession que la famille s’est dessaisie du diadème. Pourtant, sa belle-fille, la princesse Maximiliane de Windisch-Graetz l’a porté à de nombreuses reprises, sous forme de diadème ou de collier, notamment lors du mariage de son fils le prince Antonius avec la comtesse Matilde Borromeo, en 2017. Après quatre générations, l’élégant bijou quittera donc les Fürstenberg, suscitant sans nul doute l’enthousiasme des collectionneurs.

Publicité

Tous les articles

Publicité