Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Léon Spilliaert, Lumière et solitude

  • Rédigé par Rédaction
0 avis
Sharing on Facebook
Dune et mer déchainée Dune et mer déchainée © DR

C'est la part la plus intense de l'œuvre de Spilliaert, celle composée entre 1900 et 1919, dans une recherche à la fois plastique et métaphysique obsessionnelle, que nous livre, après la Royal Academy of Arts, le musée d'Orsay.

Telle une plongée sans cesse recommencée, toujours plus profonde, plus vertigineuse, plus audacieuse, dans les abîmes – du noir, des bleus et des gris envoûtants de la nuit, du vide et de l'opacité... –, cette quête, déclinée de paysages nocturnes fantomatiques en autoportraits hallucinés, apparaît ici dans toute sa force. Par-delà la fascination quasi-hypnotique exercée par ces corps en volutes aspirés par l'obscurité, ces femmes-nuages ou fumées se dissolvant dans la monochromie de la nuit, ces horizons marins et ces intérieurs transformés en gouffres, ces yeux caves ou translucides et ces flacons opalescents habités par des espaces infinis... apparaîtra l'importance historique de cet œuvre qui tira le Symbolisme vers l'Expressionnisme, et même, l'abstraction géométrique.

À preuve, la digue, l'un des leitmotive du peintre, dont il fit "le fondement d'une recherche de simplification radicale fondée sur la ligne" (*). Tour à tour enveloppée d'un voile de brume ou d'une nappe obscure, diluée dans le brouillard ou ensevelie dans les noirs, oscillant entre ombres et reflets... les formes semblent se dissoudre dans les monochromies, les paysages, les architectures et les figures, se déréaliser. De ces silhouettes fantômes s'abandonnant à leur part d'ombre à ces dunes et ces digues englouties et transfigurées par la nuit, c'est un véritable "processus de métamorphose du réel" (*) que l'on voit ici mis en œuvre.

(*) Denis Laoureux dans le catalogue de l'exposition Léon Spilliaert, un esprit libre présentée aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles de septembre 2006 à février 2007 (Éd. Ludion).

Léon Spilliaert, Lumière et Solitude
Musée d'Orsay, Paris 7e
www.musee-orsay.fr

Informations supplémentaires

  • Du: mardi, 13 octobre 2020
  • Au: dimanche, 10 janvier 2021
  • Location: Paris
Rédigé par Rédaction

Actualités liées

 

Dans la même catégorie