Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

La dernière du clan

  • Rédigé par Christophe Vachaudez
0 avis
Sharing on Facebook
Deborah Cavendish, duchesse de Devonshire Deborah Cavendish, duchesse de Devonshire © Droits réservés

Elle était la dernière des fameuses soeurs Mitford et avait intégré l'un des plus illustres lignages du Royaume-Uni en épousant Lord Andrew Cavendish en 1941, devenant neuf ans plus tard duchesse de Devonshire.

Deborah était une sorte de gloire nationale, la châtelaine modèle du fastueux Chatsworth et un auteur à succès. Le prince Charles s'est dit très attristé par le décès de cette grande dame qui maniait avec beaucoup de doigté la langue de Shakespeare. Celle qui fut la belle-soeur du président John Fitzgerald Kennedy et l'hôte d'Adolf Hitler, à qui, avec son humour coutumier, elle a dit préférer Elvis Presley, était la fille cadette de Lord Redesdale.

 

 

La jeune Debo avait un frère et quatre soeurs qui seront loin de passer inaperçues. L'aînée, Nancy, sera une romancière renommée, connue des deux côtés de la Manche. Pamela se consacra à la cause animale tandis que sa soeur Diana, après avoir épousé Bryan Guinness, l'héritier des brasseries, convola ensuite avec Oswald Moseley, leader de l'extrême-droite en Grande-Bretagne. Alors que Unity s'engagea dans le parti nazi et fut une proche du Führer, l'autre soeur Jessica intégra le parti communiste espagnol et s'en fut en Espagne pour lutter contre Franco. On comprend mieux pourquoi leur père dira : Je suis normal, ma femme est normale, mais mes filles sont toutes plus folles les unes que les autres !

 

© Droits réservés

 

Deborah fut sûrement la plus sensée de toutes avec cependant cette pointe d'originalité qui ne l'a jamais quittée.

Rédigé par Christophe Vachaudez

Dans la même catégorie