Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

Des perspectives infinies et épurées de la mer du Nord aux portraits hagards, l'exposition se penche sur les années les plus denses de la vie du peintre Léon Spilliaert, figure illustre du symbolisme belge (un mouvement artistique qui trouvera un prolongement dans le surréalisme de Delvaux et de Magritte).

Le peintre hollandais Nicolaes Maes fut l'un des élèves les plus talentueux de Rembrandt. Dans ses premières compositions de scènes historiques et bibliques, l'influence exercée sur le jeune artiste par le maître de l'art baroque est considérable.

"Dès que j'ai des amis italiens qui arrivent à Paris, je fais le guide. Je commence toujours par les vignes de Montmartre qui fascinent tout le monde.

"J'ai eu un véritable coup de cœur pour cette galerie qui ne ressemble pas à une galerie, mais à une maison ! Et lorsque j'ai rencontré Amélie du Chalard, j'ai été encore plus séduite. Elle est jeune et son parcours est étonnant.

Suite aux fouilles archéologiques menées à la fin des années 1800, de nombreux chercheurs pensaient que la Vallée des Rois avait livré tous ses secrets.

L'image et la stature de l'artiste à travers l'histoire sont l'objet de deux expositions concomitantes, à Lille et à Paris. De l'anonymat à l'idolâtrie, de la bohème aux folles enchères du star system, des corporations médiévales aux ateliers post-modernes, des légendes antiques aux parodies les plus actuelles, nous est contée "la légende dorée" des artistes.

Après avoir été un des premiers à défendre le mobilier d'architectes de l'après-guerre, François Laffanour a montré depuis l'étendue de sa curiosité, en mettant à l'honneur le design japonais ou le design brésilien.

"Je connais le décorateur Tino Zervudachi depuis plus de vingt ans. Je le croise quelquefois à New York, où l'appellent ses chantiers que je découvre ensuite dans la presse.

On a beau le suivre depuis des années, on est à chaque fois bluffé par la virtuosité du dessin, la prouesse technique, le soin apporté à la finition.

Depuis plus de trente ans, Louis Benech dessine, plante, compose les jardins des grandes fortunes et autres esthètes privilégiés à travers le monde.