Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

A+ A A-

On le sait assez peu, mais Louis XV portait des lunettes. Presbytie, myopie, astigmatisme, l'Histoire de France ne s'est pas longuement penchée sur les caractéristiques des problèmes oculaires dont le monarque était affecté, insistant en revanche sur les fréquentes crises de neurasthénie qui ont émaillé son règne et la timidité maladive qui éraillait sa voix au point qu'il rechignait à parler en public et déléguait parfois à ses ministres le soin de prononcer ses discours.

On ne peut décemment taxer Henri de Laborde de Monpezat, ci-devant prince consort du royaume de Danemark, d'indécrottable machiste. D'origine française, l'époux de la princesse Margrethe, devenue reine en 1972, s'est longtemps accommodé de sa position d'homme lige et d'une vie de représentation et de privilèges dans l'ombre du monarque danois qui portait en même temps la couronne de son pays et la culotte dans son ménage.

Le 2 juin 1953, la reine Elisabeth II d'Angleterre arrive à Westminster à 11 heures pétantes. Elle sait mieux que quiconque que la ponctualité est la politesse des rois et que ce se serait mauvais signe envoyé aux quelque 8.000 invités royaux qui l'attendent dans l'abbaye et aux dizaines de millions de téléspectateurs qui s'apprêtent à suivre la cérémonie à la télévision que d'être en retard à son propre couronnement.