Pour vous offrir une meilleure expérience, notre site utilise des cookies. Pour continuer à naviguer, vous devez accepter notre politique de cookies

J'accepte

Informations des cookies

Notre site utilise des outils, tels que des cookies, pour analyser et améliorer votre expérience. Vous pouvez vous désinscrire de ces suivis:

Statistique

Nous utilisons des outils, tels que Google Analytics, pour suivre le trafic Web et vérifier l'efficacité de notre site.

Essentiel

Cookies requis pour les services essentiels et les fonctionnalités telles que les formulaires de connexion, l'intégration du panier et le contrôle d'accès. Sans eux, notre site Web ne peut pas fonctionner correctement et nous ne pouvons fournir aucun service. La désactivation n'est pas disponible.

Ces paramètres seront conservés pendant 24h

Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 781
A+ A A-

La princesse Esmeralda et le parc Virunga

  • Rédigé par
1 avis
Sharing on Facebook
La princesse Esmeralda et le parc Virunga © Droits réservés

Une fois encore, la fille du roi Léopold III marche sur les traces de ses ancêtres à la découverte, cette fois, du parc Virunga aux confins de la république démocratique du Congo, à la fois près du Rwanda et de l'Ouganda.

La Princesse a initié un documentaire qui lui permet de retracer l'histoire de cette réserve naturelle mais aussi de montrer combien il est difficile aujourd'hui de sauvegarder la faune et un biotope pourtant protégés. Consacré patrimoine mondial pour son exceptionnelle biodiversité dés 1979, le parc Virunga, autrefois prénommé parc Albert, fut créé en 1925 en partie sur le territoire de réserves de chasse instaurées par Léopold II à partir de 1889 pour protéger la population d'éléphants déjà chassée intensivement. L'expédition au Kivu du naturaliste américain Carl Akeley aboutira à la création d'un sanctuaire au Virunga, l'ancêtre du parc actuel.

 

 
 © Droits réservés

 

Lors d'entretiens et de visites sur le terrain, la Princesse a pu interroger le prince Emmanuel de Merode, directeur de la réserve, qui est confronté au quotidien aux problèmes de corruption, de braconnage et de violation des lois. Victime d'une embuscade en avril 2014, il a d'ailleurs été grièvement blessé par balles, preuve que sa charge est loin d'être un long fleuve tranquille. Si le nombre de gorilles est en constante augmentation, celui des hippopotames, victimes des groupes de rebelles armés, a fortement diminué. La bataille se poursuit, souvent relayée par une partie des habitants du parc qui espère, en protégeant l'environnement, pouvoir vivre du tourisme.

 

 
 © Droits réservés

 

Et la princesse Esmeralda d'écrire, comme une introduction en forme de plaidoyer : "Pourquoi cette région du monde me fascine-t-elle autant ? Peut être parce que c'est le berceau de l'humanité ? Peut être parce qu'elle offre tout ce que la nature fait de plus beau ? Peut être parce que mon grand père l'a créée et que mon père aurait voulu y consacrer toute sa vie ... Peut être aussi, tout simplement, parce que ce lieu qui remonte à la nuit des temps, propose une solution durable pour l'avenir de notre planète ..." Le documentaire lancé au Musée d'histoire naturelle, sera projeté à la RTBF le 2 décembre.

Rédigé par

Actualités liées